in

J'adoreJ'adore

Du rond-point au point de vente !

Gilets jaunes : le regroupement et l’organisation par la consommation.

Il y a visiblement une difficulté pour les gilets jaunes de se regrouper et de s’organiser. Et ce sera encore pire si tous les ronds-points sont évacués.

Comme tout citoyen est aussi un consommateur, un point de vente créé par les gilets jaunes et destiné à tous les citoyens, en y ajoutant ce que l’on veut comme activités, deviendra naturellement un point de regroupement.

D’autre part, un ensemble de plusieurs centaines de points de vente, avec un seul groupement d’achats, permet de négocier les prix les plus bas.

Si en plus :

1) une partie de la main d’œuvre est bénévole, principalement pour l’aménagement du site au départ et quelques travaux occasionnels par la suite (entretien, cueillette des fruits et légumes …),

2) il n’y a pas de but lucratif (le bénéfice servant à couvrir le paiement des salaires et des frais),

les prix seront toujours inférieurs aux prix pratiqués ailleurs.

Comment trouver des lieux pour ces points de vente ?

  1. La baisse des dotations aux collectivités obligent celles-ci à vendre des biens, parfois pour une bouchée de pain.
  2. Il y a aussi des ventes de gares désaffectées, d’entrepôts, de hangars à démonter et remonter ou neufs à monter, d’écoles abandonnées ou de maisons de village.
  3. Ce qui paraît le plus intéressant, c’est construire sur un terrain agricole, un bâtiment sur base de charpentes métalliques en kit (ex. de 2 sociétés françaises : SUD MEB-TAL et CMK, et il y en a beaucoup d’autres).

Il n’est pas besoin d’être cultivateur pour obtenir une autorisation de construire sur une terre agricole. Le Code de l’urbanisme précise qu’il faut seulement pouvoir justifier de l’exercice d’une activité agricole, pastorale ou forestière. Ce qui veut dire que l’activité agricole, pastorale ou forestière peut être une activité annexe à l’exercice d’une autre profession.” (OOREKA)

Comment financer ?

  1. par des dons (cagnotte)
  2. par des prêts consentis par les futurs consommateurs et remboursés petit à petit par une ristourne lors des achats (cela demande un système informatisé avec cartes pour les clients).

NB : ne pas oublier les pays étrangers : pour la plupart des partisans des gilets jaunes, le seul moyen d’aider, ce sont les dons ( ou pour les plus valides, organiser des “camps de vacances” pour participer à l’aménagement des sites).

Comment procéder ?

  1. recherche locale pour trouver un site
  2. évaluer le prix des matériaux et des frais pour la réalisation,
  3. inscrire le lieu sur une page d’un site web dédié, en y ajoutant photos et vidéos pour montrer l’évolution
  4. créer une cagnotte et quand elle est suffisante, les travaux peuvent commencer.

Comment s’informer, se motiver les uns les autres, apprendre des astuces ?

Ta Vision Gilet Jaune (TVGJ) serait idéale pour suivre l’évolution  des divers « chantiers » à travers la France.

D’autres activités peuvent s’ajouter suivant la place disponible  :

  • dépôt pour du commerce en ligne
  • plats préparés : vente sur place ou livraison à domicile (personnes âgées, collectivités …), restaurant
  • atelier de réparation
  • vente de biens d’occasion
  • aide aux plus démunis.-

…. Laissons la place à l’imagination des gilets jaunes et de tous les citoyens !

Et pourquoi pas une banque gilet jaune ?

Quand on parle de prêt, de paiement en argent liquide ou par carte, on peut dire qu’on parle de banque (de dépôt) ; avec le krach financier que certains annoncent, une carte d’un tel magasin GJ (qui pourrait simplement être la carte d’identité) serait préférable à une carte de banque; en effet, les achats de produits frais se faisant localement, on ne risque pas de mourir de faim, c’est déjà ça.

De plus, dans des situations graves, il vaut toujours mieux se regrouper (pour s’entraider, faire du troc).

Un moyen d’empêcher les délocalisations et les fermetures, sans raison, d’entreprises viables ?

Un ensemble de magasins qui achètent le même article finissent par avoir la main sur sa fabrication et ont ainsi la possibilité d’imposer leurs conditions.Il y aurait certainement des choses à dire aussi sur l’automatisation et la robotisation (tous les citoyens doivent avoir leur mot à dire et beaucoup sont capables d’imagination et de créativité).

Quelle éthique ?

  1. Il faut éviter de nuire aux “petits” commerçants et artisans déjà installés à proximité en vendant le même type de produit.
  2. Dans la mesure du possible, il faut acheter “français”, mais si des marchands prennent 50% ou plus sur des articles achetés à l’étranger, il n’y a pas de raison de se priver de vendre avec une marge inférieure, quitte à essayer de relocaliser par la suite.

Dans notre société, qu’on l’accepte ou pas, tout tourne autour de la consommation :

  • la puissance des multinationales, des banques, des compagnies d’assurance
  • une grande partie des recettes fiscales des états
  • les revenus des médias (pub)
  • Les côtés néfastes de la politique (lobbies, corruption, guerres pour les matières premières)

Envie de créer un contenu ?

Commenter

Répondre
  1. Trois remarques :

    1) l’importance des bénévoles : en remplaçant des salariés pour une période limitée, ils permettent un supplément financier, soit pour terminer l’aménagement du site (ou l’achat d’une fourgonnette par exemple), soit pour aider financièrement un autre site qui a des difficultés : c’est donc l’élément régulateur fondamental pour tout le système et qui peut créer un effet “boule de neige” pour accélérer l’installation des sites,

    2) la relation avec les gilets jaunes étrangers : s’ils veulent faire la même chose dans leurs pays, les avantages (conseils, programmes, expérience …) qu’ils retireront leur donnera une motivation supplémentaires de participer,

    3) la recherche (culture bio, permaculture, organisation du site, écologie, transport des marchandises le plus économique et le plus écologique possible, etc …) peut devenir passionnante.
    On peut aussi proposer un défi, par exemple : “imaginer un petit robot qui est capable d’éclaircir une ligne de semis de carottes” (il y a beaucoup de passionnés de robotique en France qui seraient certainement intéressés).

  2. Bonjour, une des clefs de la vraie révolution, ne plus avoir de télé dans un premier temps et ne plus acheter les marques des multinationales, ni chez les vendeurs très riches d’Internet. Avoir si possible une maison ou habitation la plus autonome possible (en énergie, eau…) et voter pour le seul parti qui défend le frexit : UPR Mr Asselineau. A bientôt. Charlotte

  3. Bonjour à tous,

    Ce qu’il faut pour débuter (à mon avis) :

    1) trouver un avocat (gilet jaune ou favorable à la cause) qui donne des conseils pour être en accord avec la législation,

    2) trouver un expert comptable (idem) pour tout ce qui est fiscal,

    3)) trouver un webmaster pour créer un site internet simple : en 1ère page : des conseils en fonction des remontées des problèmes rencontrés sur le terrain et un lien vers chaque projet,

    4) localement, sur le terrain : former des petites équipes de 2 ou 3 personnes par région pour :

    – demander des renseignements dans les mairies (plans d’occupation des sols, zones agricoles constructibles et conditions, terrains ou bâtiments à l’abandon, liste des cultivateurs),

    – constater ce qui existe déjà chez des particuliers et leur demander s’ils veulent participer,

    – visiter des cultivateurs pour voir s’ils acceptent de vendre 1 ou 2 ha en échange de la vente de leurs produits (pour le lait : les produits déjà transformés (fromages, yaourts …) ou à transformer),

    5) prévenir de l’existence de ce projet sur les réseaux sociaux.

    Bonne journée.

    • Penser aussi que certains des cultivateurs en difficulté, sont très attachés à leur terre surtout si ces terres se sont transmises de génération en géneration, et que c’est un véritable créve-coeur que de devoir les vendre.
      Alors au lieu de leur demander de les céder, c’est de leur proposer de louer ces terres et de les inciter, de les aider à passer au bio (s’ils ne l’ont pas déjà fait, en les associant aux projets. En deux mots, faut préparer le terrain en douceur. 😉 Ne braquer pas les “terriens” 😉

      Le savoir-faire d’un cultivateur est précieux, il faut s’en faire un allié et pas un ennemi.

Laisser un commentaire

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

Attribuer ou enlever un point :

11 points
Vote +1 Vote -1

La révolte pacifique a-t-elle rencontré ses limites?

L’Etat envisage de devenir copropriétaire de tous les terrains…