in

J'adoreJ'adore WTFWTF sympasympa Ahou AhouAhou Ahou Bouche béeBouche bée

Réflexions sur le sondage “le pain gratuit”

Je fais réponse au sujet de RIC que j’ai pu voir sur le site concernant le pain gratuit: “le pain doit-il être gratuit? OUI / NON”  Afin de participer à l’amélioration de la réflexion collective, j’imagine que de tels sondages devraient être un peu plus développés. Je m’explique : plutôt que de mettre une question fermée: “oui/non”, cela mériterait un peu plus de contenu sur le pourquoi du comment avant de demander aux gens de voter. Car, OUI, en effet, cette denrée de base est un élément essentiel à notre consommation et mériterait d’être gratuite et accessible à tous. Alors que NON, si nous la rendons gratuite, qui payera la matière 1ère et que deviendront les artisans boulangers? Voilà pourquoi il est si difficile de répondre à ce genre de questions fermées.  (après j’avoue que cette question m’a titillée puisque je suis fille et petite fille de boulanger… Ceci explique (en partie) cela… Mais, au delà de ça, voyons le RIC comme un élément de réflexion avant de le voir comme un simple outil de vote décisionnel)

Je me permets également de vous raconter une petite anecdote : Un jour (je devais avoir 8 ans) mon père m’a sorti une baguette de pain de son chariot de baguettes. Puis il m’a expliqué, très simplement (en faisant des coupes sur la baguette) ce que l’état lui prenait en taxes, puis il a retiré les salaires versés, ensuite ce que représentait l’achat de matières 1ères, puis les charges sur les salaires, puis la concurrence déloyale des points chauds industriels, etc… jusqu’à ce qu’il ne lui reste plus qu’un tout petit quignon de pain représentant son salaire… à cela, il a du retirer la mie pour me montrer ce qu’il devait retirer pour payer ses impôts et, enfin, il a retiré la croûte pour me montrer qu’il devait aussi payer le fonctionnement de sa boulangerie en électricité, loyer, etc…à la fin, il ne lui restait qu’une petite miette de pain.Ce jour-là j’ai compris tellement de choses… et je n’avais que 8 ans, j’en ai 42… mais cette expérience-là me restera gravée toute ma vie!

Donc, oui, on peut se poser la réelle question du pain gratuit… Mais attention à nos artisans qui gagnent “leur croûte” à la sueur de leur front.

merci de m’avoir lue. Karine

Envie de créer un contenu ?

Commenter

Répondre
  1. C’est pour cette raison que j’ai voté non, alors que je suis totalement d’accord avec le principe de nourriture gratuite. (mes parents étaient commerçant, ça joue aussi dans mon opinion)

  2. infos pour tous la commission européhaine vient de lancer dans les tuyaux la création d’une police et armée européhaine pour le premier trimestre 2022 info a faire tournée 😉 Georgia de switshnews a eux l’info aussi allez voir ça vidéo ;_) force et honneur a tous on làche rien et vive les GJ

    • oui! D’où le commentaire de Francis sur le troc.
      C’est d’ailleurs probablement le retour au troc qui nous sauvera 😉
      Quand j’étais petite, j’accompagnais mon père faire ses “tournées” dans les petits villages, nous étions parfois la seule visite, le seul “contact” de la journée avec les paysans qui ne pouvaient pas laisser leurs bêtes ou leurs champs pour acheter leur pain en boulangerie. Et on repartait avec du saucisson, des œufs ou des poulets…
      Mon père livrait aussi un lycée agricole et repartait avec du lait (qu’il réutilisait dans ses gâteaux… j’vous dit pas le goût de ses flans…… un régal ^^)
      Malheureusement, ça s’est perdu… (mais il n’est pas trop tard pour revenir aux sources… “la racine par la racine”, comme dirait qq’un de bien 😉 )

  3. Quand j’étais apprentis boulanger,dans les années 80;le patron avait un deal avec les paysans.
    D’ailleur c’était en vigueur depuis trés longtemps et dans toutes les campagnes.
    Le paysan donnait du blé au boulanger, qui le troquait contre de la farine chez le meunier, puis donnait des bons de pain au paysan.
    De là, le paysan filait un bon pour chaque pain livré. En général, ils se débrouillaient pour donner assez de blé pour faire toute l’année de pain.
    Si ça suffisait pas, il y avait aussi du troc d’oeufs.

    • Effectivement, le troc à l’époque, avait toute son importance…
      mon grand-père, né en 1918, était déjà boulanger durant la 2nd guerre mondiale et également paysan (il élevait des poules, oies, lapins, moutons et s’occupait de son potager). Le troc lui a permis de faire face à la disette. Son savoir faire, sa débrouillardise et son altruisme lui ont permis de s’en sortir et d’aider son prochain. Il a consacré sa vie à mettre sa famille à l’abri du besoin tout en se consacrant aux autres… A la retraite, il a fait parti du syndicat des boulangers et a continué à aider ces artisans jusqu’à son dernier souffle. Il nous a inculqué des valeurs et un sens du partage inégalable. C’était un homme droit, sobre et proche de la nature. Il m’a toujours dit que le travail et le partage étaient les clefs d’une sobriété heureuse et d’une vie riche de sens.
      Depuis que je travaille dans le social (dans l’insertion auprès des pers les plus éloignées de l’emploi), j’essaye de suivre son chemin malgré une politique politicienne de plus en plus écrasante…
      La vie est moins laborieuse mais plus difficile qu’à cette époque. C’est à nous de revenir vers ce que nos anciens nous ont inculqué et de retrouver un certain équilibre entre la modernité, la fraternité et la sobriété…

  4. entièrement d’accord avec vous pain gratuit pourquoi pas mais qui paye l’artisan qui le fabrique notre pain , c’est déjà tellement difficile pour eux , ou alors il faut qu’il ai la matière première gratuite et que quel-qu’un leur paye leurs travail car tout travail mérite un salaire décent résultat une mauvaise question donne une mauvaise réponse 😉

Laisser un commentaire

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

Attribuer ou enlever un point :

7 points
Vote +1 Vote -1

TVGJ.fr sur les réseaux sociaux

Déchets… Ceux des autres bien sûr…