in

J'adoreJ'adore sympasympa Bouche béeBouche bée

L'Importance des MOTS (n°1)

Bonjour.Dans cet article, je vais essayer de vous montrer l’influence considérable des mots que nous employons tous les jours. Une mauvaise influence la plupart du temps, puisque nous les utilisons mal, ce qui fait le bonheur de certains qui en jouent pour accentuer leur manipulation. Avant même que vous argumentiez, vous avez déjà tort car vous employez les mauvais termes : c’est une sorte de Novlangue.Exemple n°1 : Connaissez-vous la différence fondamentale entre : La Mondialisation et le Mondialisme ?

A) La Mondialisation est ce phénomène qui consiste au fil du temps, à rapprocher et faciliter le contact entre tous les Hommes sur Terre.

Elle est bénéfique, naturelle, elle va toujours de pair avec le progrès (le vrai) : l’invention de la roue, les premières routes romaines, le vélo, la voiture, le train, l’avion, la montgolfière, le téléphone, la radio, internet, etc… tout cela, c’est de la mondialisation.

Cette dernière a toujours existé et existera jusqu’à la fin des temps ; du moins aussi longtemps que l’Homme continuera d’inventer.–> On peut donc se permettre de la qualifier d’éternelle.

B) Le Mondialisme par contre, est une idéologie qui consiste a systématiquement utiliser de manière négative, la mécanique enclenchée par la Mondialisation.

Le mondialisme, c’est utiliser à mauvais escient ce rapprochement naturel entre les peuples, afin de mieux les contrôler, mieux les asservir et à long terme, créer de force un empire Mondial autoritaire et dictatorial. Sachant qu’un Empire est voué presque par définition, à s’écrouler tôt ou tard comme un château de cartes…

–> Ainsi, le Mondialisme s’inscrit dans une chronologie très courte, au regard de l’Histoire.

Conclusion : À chaque fois que vous entendrez un journaliste dire “Mondialisation” plutôt que “Mondialisme”, et cela si vous faites attention, arrive 9 fois sur 10 -> Votre inconscient confondra les deux sans même vous en rendre compte, et vous mettrez sur le même plan quelque chose qui a toujours existé et qui existera toujours, avec quelque chose de récent qui probablement, ne durera guère longtemps, et qui est même intrinsèquement condamné à disparaître.

__________________________________________________________________________________

Exemple n°2 : Savez-vous ce qu’est réellement un Islamiste ? Un terroriste ? Un égorgeur ? Un poseur de bombes ? Et bien non…Un islamiste est littéralement un Adepte de l’Islam, ni plus ni moins…Voici ce que vous trouverez dans n’importe quel dictionnaire :

  1. ” iste , isme istique ” Suffixe substantif, servant à former un nom correspondant à un métier, ou à un adepte d’une activité, d’une idéologie, ou d’une théorie.

* Un damiste : personne pratiquant le jeu de dames.* Un violoniste : personne qui joue du violon.* Un alpiniste : personne pratiquant l’alpinisme.* Un communiste : personne soutenant le communisme.* Un linguiste : personne spécialisé en linguistique.

C’est grosso-modo la signification de cette terminaison en “iste”. Un Garagiste par exemple, est spécialiste (ou adepte, ou professionnel, etc…) de tout ce qui se trouve dans un Garage, de la même manière qu’un Pianiste est un spécialiste de l’instrument de musique nommé le Piano, ou qu’un Artiste est quelqu’un de spécialisé dans un métier Artistique, etc…

Alors logiquement, un Islamiste devrait simplement être un spécialiste (ou n’importe quel équivalent cité plus haut) de l’Islam ? Pas vrai ? Et bah non, pas du tout… Ce mot est synonyme de terrorisme dans le monde médiatico-politique. Pourquoi ?

J’irai même plus loin, l’utilisation de ce mot implique que personne ne peut devenir adepte de l’Islam, sans dans le même temps, se métamorphoser en dangereux extrémiste.

En utilisant ce terme, les médias poussent notre inconscient à conclure sans même que l’on s’en aperçoive, que l’Islam est intrinsèquement mauvais. Le problème ne vient pas d’une déviance se réclamant de l’Islam, ou même d’une partie des musulmans, non, non… C’est l’Islam dans son intégralité qui est remis en cause et donc par déduction inévitable, tous les Musulmans sans distinction sont désignés comme de potentiels terroristes.

De plus, ce mot sert aussi à cacher les vrais noms (Wahhabites, Takfiristes, Salafistes, etc…), qui risqueraient d’inciter le peuple à creuser un peu plus et découvrir des choses qu’il est censé ignorer. Derrière ces terroristes se cachent bien souvent des alliés comme l’Arabie Saoudite, le Qatar & Co.

On ne dit d’ailleurs pas, des extrémistes soit disant chrétiens, qu’ils sont des Christianistes… (ceci n’est pas une attaque contre les Chrétiens). On ne dit pas des extrémistes israéliens, qu’ils sont des Judaïstes… (ceci n’est pas une attaque contre les Juifs), etc… Pas besoin de lunettes pour voir les incohérences et le deux poids deux mesures…

Conclusion : La prochaine fois que vous entendrez un journaliste dire Islamiste – et ils n’ont que ce mot à la bouche – vous saurez à quoi vous en tenir.

Envie de créer un contenu ?

Commenter

Répondre
  1. En fait tu l’as vu… et je l’ai dit moi-même ds mon “article” : qu’il fallait voir cela en complément.

    En fait la critique se situe sur un autre plan, peut-être pas là où tu ne l’attendais pas:
    Tu dénonces ce que l’on peut appeler de la “propagande d’état” ou les mensonges journalistiques à la solde de l’état (de tte façon on est bien d’accord sur ça), mais ton article peut être défini aussi comme “propagande” anti-étatique et tt l’appareil médiatique associé.
    On sent trop où tu veux en venir dès le démarrage, ce qui fait que ton article s’adresse déjà à des gens convaincus.

    Je me plaçais et je me place pour l’instant au niveau de l’écriture, plutôt qu’au niveau des idées.

    Bien qu’il faille que je mette à plat, ce qui me gêne dans ton article.
    Pour l’instant c’est trop du domaine du ressenti et je ne veux pas tout mélanger.

    • “Ton article peut être défini aussi comme “propagande” anti-étatique et tt l’appareil médiatique associé.”

      C’est bien normal, et je l’assume. Nous sommes sur un site GJ, et non sur un réseau social banal comme FB ou Twitter, donc s’il y a un endroit sur internet où les publications devraient presque toutes être anti-système, c’est bien ici ; étant donné ce que le système fait subir aux GJ depuis le 17 nov.

      Si nous sommes là pour parler de choses lambdas ou pour caresser le système dans le sens de poil, autant retourner devant BFM WC ou Hanouna. 😉

      PS : Je ne suis pas anti-étatique. :O Cela reviendrait à être anarchiste (et dans le mauvais sens du terme). Je suis pour un État juste, qui respecte les règles qui lui sont fixées, et le peuple qu’il est censé administrer. Un État n’a aucune légitimité si sa souveraineté lui ait retirée, etc… bref, je ne sais quoi dire d’autre. Il faut vraiment dissocier le Système de l’État, ce sont deux choses bien distinctes ; même si le second est aux ordres du premier. 😉

      “On sent trop où tu veux en venir dès le démarrage, ce qui fait que ton article s’adresse déjà à des gens convaincus.”

      Je ne pense pas. Sincèrement, n’importe qui aimant la langue française ou ayant lu 1984 sera logiquement intéressé.

      Et même si tel était le cas, s’adresser à des gens déjà convaincus -> n’empêche en rien de leur apprendre de nouvelles choses. 😉

      Tu sembles oublier que nous sommes sur une plateforme GJ, donc presque par définition, nous nous adressons tous à des gens qui sont déjà en partie ou totalement convaincus (de l’hostilité du Système envers eux).

      PS : Essaies d’écrire tes réponses sous les commentaires, comme moi, et non d’en écrire de nouveaux ; c’est mieux. 😉

      • “Ton article peut être défini aussi comme “propagande” anti-étatique et tt l’appareil médiatique associé.”

        Un mot manque là-dedans : “macroniste”
        anti-étatique macroniste… et là j’aurai évité la confusion.

        En ce qui concerne le mot “propagande” : il était là pour titiller pour faire réagir. Donc ça va.

        Oui, tu as vu juste, ce que tu dis est pertinent.

  2. Bon, cette fois, je vois !!!
    Ma réponse qui se voulait courte est devenu un article en attente de validation. Pas conservé la dernière mouture, mais voici un extrait du brouillon :

    “De l’usage réfléchi des mots

    (…)
    Mais en ce qui concerne la démonstration touchant le mot Islamliste, je reste sur mes gardes.
    Car à vouloir trop en faire on finit par tomber dans l’excès et obtenir le contraire de l’effet souhaité.
    (…)
    Ma question, (j’y arrive enfin !) est :
    – Depuis quand on parle d’Islamisme ?
    Cette question est un préliminaire inconcourtnable pour en savoir un peu plus. Il est difficile de se passer d’un peu d’histoire et pas seulement de l’Histoire avec un grand H, mais de l’histoire des mots et quand ceux-ci sont arrivés dans la langue, dans le langage courant.

    N’étant pas moi-même experte en la matière, j’ai cherché. Tout d’abord dans
    ma vieille encyclopédie (papier) des années 80. Pas de trace de ce vocable. Tout se joue entre Islam et islamique, mais pas islamiste.
    Alors je suis allée sur Internet et voici un article paru sur Libération https://www.liberation.fr/debats/2017/10/09/vous-avez-dit-islamisme_1596640
    qui m’a donné quelques éléments de réponse.
    “:
    Un dictionnaire comme Le Robert fait remonter l’apparition du mot «islamisme» dans la langue française à l’année 1697 et en propose deux définitions : 1/ «Religion musulmane» (il renvoie alors à «islam» et «mahométisme», mot dont il précise qu’il est daté) et 2/ «Mouvement politique et religieux prônant l’expansion ou le respect de l’islam». A Libération, le lexicographe Edouard Trouillez, qui travaille aux dictionnaires Le Robert, explique que c’est en 1993 qu’a été ajouté le deuxième sens. Cet ajout «a été motivé par l’observation de ce nouvel emploi dans les médias».

    Mais par acquis de conscience, retour sur mon propre Petit Robert (datant de 1972 – eh oui… ça date) et si L’Encyclopédie n’avait pas cru nécessaire d’en faire un article, le mot figure-t-il dans mon Robert? Oui, avec cette définition succincte:
    “ISLAMISME : n.m. (1765 d; de islam). Religion musulmane. V. Mahométisme (vx).
    Vous pouvez déjà constater une différence de plus d’un demi-siècle concernant la date d’apparition du mot).
    (…) —————————— Jusque là rien de polémique —————–
    Après j’ai parlé des Chiites et des Sunnites, de la guerre en Syrie, de l’Irak et de l’Iran… c’est con que je n’ai pas sauvé la dernière version écrite en ligne !!!

    et à relire “L’importance des MOTS” il me faudra ajouter des coms mais je prends le temps nécessaire.

    • Tout d’abord, on va se tutoyer, ce sera plus rapide. 😉

      C’est très intéressant tout ça, mais à vrai dire, je ne vois pas trop en quoi ce que tu viens de dire irait à l’encontre de mon article ; j’ai plutôt l’impression qu’à l’inverse, il vient le conforter.

      1. Pour commencer, il y a un distinguo à faire entre “iste” et “isme”, bien que cela puisse paraître paradoxal au premier abord.

      Prenons l’exemple cité plus haut, celui de Mondialisation et de Mondialisme. Qui pourra dire auquel des deux fait référence un Mondialiste ? Sachant que j’ai démontré que les deux étaient bien différents :

      – Le mondialiste est-il pour une Mondialisation bien comprise et positive ?
      – Ou est-ce qu’il est plutôt pour le Mondialisme qui dévaste tout sur son passage ?

      Il n’y a pourtant qu’un seul mot pour désigner les adeptes de ces deux cas de figures bien distincts, voire même opposés…. Et c’est justement là que réside toute la perversité de la chose, puisqu’en n’ayant qu’un seul mot pour désigner deux choses différentes : on les amalgame, on généralise et on finit par mettre tout le monde dans le même sac.

      2. Ton exemple l’illustre parfaitement.
      Au départ, il n’y avait qu’une seule définition, qu’elle soit bonne ou non finalement, n’entre même pas forcément en ligne de compte. C’était celle de 1697.

      Puis au XXème siècle, les académiciens, les intellectuels, etc… (bref, le système), “motivés par l’observation de ce nouvel emploi dans les médias”, ont ajouté cette nouvelle définition qui deviendra à la longue, antagonique ne serait-ce que parce qu’elle n’a aucun sens en soi.

      Toutes les religions par définition tendent à être respectées par un maximum de gens, dans le bons sens du terme, et aussi à s’expandre puisqu’elles sont pour la plupart universalistes, du moins c’est le cas de l’Islam.

      Quand on fait un dictionnaire normalement, on n’emploie pas ce genre de phrases fourre-tout, mais cela ne m’étonne guère de ce genre de dictionnaires adoubés par le système et recommandés par l’Éducation Nationale. Robert est sûrement un cousin du fameux Fernand Nathan.Tu pourras y trouver le mot (issu du verlan) “Ouf”, donc bon, plus rien ne m’étonne. 😉

      Quand à l’Encyclopédie, la première, la mère de toutes les autres, elle a joué un rôle destructeur dans la chute de la Monarchie française, c’est une invention des lumières manipulée à mauvaise escient dès le départ. Je t’invite à chercher ce qu’en dit l’historienne Marion Sigaut par ex, si ça t’intéresse. 😉

      J’espère avoir répondu. Difficile de faire plus court que ça sans que cela devienne incompréhensible.

    • D’ailleurs, je part du principe qu’une critique est forcément négative, mais je me trompe, et peut-être que la tienne se voulait positive et complémentaire ? En tout cas, c’est intéressant d’échanger, n’hésite pas si tu as autre chose à faire remarquer. 😉

      • C’est là où il y a tte la différence du sens des mots. Pour moi, je prends le sens de ce mot comme la critique d’art, la critique littéraire, qui est simplement le fait d’exprimer son avis.

Laisser un commentaire

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

Attribuer ou enlever un point :

9 points
Vote +1 Vote -1

Déchets… Ceux des autres bien sûr…

On lâchera rien … jamais !!! ✊💥✨🌈☀️