Un exemple d’impuissance apprise

Auteur de l’article : Galis

À l’heure où les Gilets Jaunes battent encore les pavés de nos villes et de nos campagnes avec toujours plus de ferveur et détermination et à un moment de l’histoire où les médias n’ont jamais été aussi menteurs, manipulateurs et surtout protecteurs envers la classe qui les rémunère, vous aurez peut-être appris, par hasard ou par l’intermédiaire de quelqu’un qui s’informe autrement que par les sources officielles, que la Pologne vient pour la énième fois de refuser de revenir sur la directive Bolkestein. Directive plus connue sous le nom de directive des travailleurs détachés et qui, comme vous avez pu aussi le constater par ailleurs autour de vous, a causé de considérables dégâts en matière d’emploi dans notre pays. Aujourd’hui, ce sont des millions de ressortissants polonais, tchèques ou encore roumains qui travaillent sur notre territoire pour des salaires de fortune mettant de fait au chômage des millions d’artisans et de salariés français et ruinant ainsi des dizaines de milliers de nos entreprises… Essentiellement celles qui paient leurs impôts en France.

S’agissant de la lutte contre la délinquance en col blanc, il y a quelques années, c’était le duché du Luxembourg et l’archipel de Malte qui ne voulaient rien entendre au sujet du blanchiment des capitaux et de l’optimisation-défiscalisation.

En matière de pacte de stabilité et de croissance ou encore de question monétaire, c’est l’Allemagne qui nous fait mordre la poussière à chaque fois car les allemands ont toujours eu une monnaie beaucoup plus forte que la nôtre et ont toujours eu des intérêts divergents des nôtres si ce n’est rivaux. Alors croire que Peugeot et Renault sont les alliés ou les amis de Volkswagen et d’Opel est aussi naïf que de croire que Manuel et Angela sont de bons amis.

Il est très important de comprendre que si des projets de coopérations économiques sont possibles et fonctionnent, comme c’est le cas pour Airbus par exemple, que l’on retrouve associés pour des raisons d’intérêts convergents la France, l’Allemagne et l’Angleterre, l’amitié entre les états elle, n’existe pas. Seuls comptent les rapports d’intérêts et rien d’autre.

Souvenez-vous en 2015, lorsque François Hollande était allé négocier le pacte de stabilité et de croissance chez Angela Merkel, qu’a-t-il obtenu ? Rien. Absolument.

Il n’a juste fait que brasser du vent tout comme Sarkozy, Chirac et Mitterrand avant lui mais dans ce système de gravitation parasitaire, les chefs d’états ne sont pas les seuls à être gracieusement payés à ne rien faire.

Jean Marie Le Pen et Bruno Gollnisch ne sont pas en reste. Ces derniers, qui viennent tout juste de prendre leur retraite, ont passé respectivement 35 et 30 ans au parlement européen de Bruxelles en qualité de députés. Hormis le fait d’avoir toujours joué leur rôle d’épouvantail à gauchiste comme il le fallait, et rappelez-vous des nombreux dérapages volontaires du président du Front National à des moments où il ne fallait pas, ils n’ont pas non plus fait grand-chose durant leur carrière si ce n’est parler d’Islam et d’immigration avec leurs homologues du même groupe.

Quant à notre insoumis, Mélenchon, lui non plus n’a pas fait grand-chose dans l’hémicycle si ce n’est se tromper 266 fois durant son temps de présence. Oui-oui, vous avez bien lu ! Ce carriériste charismatique expérimenté s’est bien trompé 266 fois en votant ou du moins, c’est ce qu’il a répondu à sa base électorale pour sauver la face et rester crédible. Mais pour comprendre ses erreurs grotesques qui en réalité n’en sont pas, il est bon de savoir que Mélenchon a toujours été un européisme et un mondialiste dans l’âme et que cet acteur-orateur talentueux a toujours, par le passé, fait des campagnes acharnée pour Maastricht, pour Schengen, pour le TCE et le traité de Lisbonne, ou qu’il a voté pour la réintroduction des farines animales après le scandale de la vache folle, du mouton tremblant et du poulet grippé, etc. Que « d’erreurs » à la faveur des lobbies et des mondialistes !?

Mais au Nom du Ciel comment peut-on croire encore à ce genre de sornettes quand on sait comment fonctionne le parlement européen et comment se déroule un vote à Bruxelles ? Comment peut-on prétendre que l’on s’est trompé alors qu’il n’y a que 3 boutons sur le pupitre de chaque député : un vert pour voter « pour », un rouge pour voter « contre » et un blanc pour s’abstenir.

Au mois de janvier dernier, il y a à peine 3 mois de cela, j’appris que le groupe des verts qui siège au parlement européen à Bruxelles avait bien renoncé à l’interdiction du glyphosate au sein de l’union européenne, ce qui confirmait les rumeurs de corruption par simple logique de déduction. Entre trahison, stupéfaction et ignorance, mes voisins bobos amateurs de bio eux, n’en avaient pas cru leurs oreilles. Quelques-uns m’avaient même dit que je disais n’importe quoi alors qu’ils n’avaient même pas pris la peine de cliquer pour vérifier si mon info était vraie ou fausse. Ce qui leur prenait 2 minutes sur Google mais c’était une chose trop compliquée à faire.

Cela dit, pour moi, ce n’était nullement une surprise mais force est de reconnaître qu’il s’agit tout de même d’un comble pour ces gens qui sont censés protéger la nature et l’environnement et qui sont censés représenter les intérêts écologistes, non ? Mais enfin, que voulez-vous, nous ne sommes plus à une contradiction près et il n’y a juste qu’à écouter les écologistes français déblatérer leurs discours européistes sans eux-mêmes rien n’y comprendre pour réaliser en fait, que d’Antoine Waechter à Yannick Jadot en passant par José Bové, nous n’avons affaire qu’à des carriéristes qui se soucient plus de leurs intérêts et de leur compte en banque que du bien commun et de la nature. Ce qui explique en partie pourquoi Nicolas Hulot ne possède pas moins de 9 véhicules alors que l’écolo-bobo vit au cœur de Paris.

Et c’est ainsi de suite. Et à chaque élection, ça recommence. Et à chaque élection, les européistes nous rechante exactement la même chanson. La même berceuse. Et plus ça va mal et plus on nous fait croire que tout va bien. Plus on s’enfonce et plus on creuse et plus on creuse et plus on s’enfonce.

Alors combien d’années vous faudra-t-il encore pour que vous compreniez que l’Union Européenne est de fait et par essence une organisation totalement anti-démocratique, et que personne n’a jamais voté pour tous ces lobbies et ces commissaires qui dictent et écrivent ces lois qui sont ensuite dictées aux états ? Combien de temps vous faudra-t-il encore pour que vous compreniez que l’Union

Européenne ne fonctionne pas, qu’elle n’a jamais fonctionné et qu’elle ne peut pas fonctionner car non seulement celle-ci est dans une situation continue d’oppositions multi-divergentes et de conflits permanents mais que tout a été fait, dès le départ, pour que petit à petit, celle-ci se retrouve à terme dans une situation d’autobloquage ou de tutelle sous domination américaine. Et là je vous ferai grâce de ne pas vous rappeler l’histoire des Mistrals qu’il nous fallait livrer à notre cliente la Russie, des amendes astronomiques qui ont été infligées à nos banques au nom de l’extraterritorialité du droit US, ou l’injonction qui a été faite aux entreprises françaises de quitter l’Iran pour satisfaire entre autres aux exigences d’Israël.

Imaginez un peu que l’on fasse jouer sur un terrain de football à un seul but, 28 joueurs de 28 pays différents et que chacun joue pour soi en étant à la fois attaquant, défenseur et gardien. C’est pourtant bien la configuration stratégique actuelle de l’Union Européenne. Combien de temps pensez-vous que la situation puisse tenir avant que celle-ci ne tourne au blocage ? Est-ce que vous vous rendez compte un peu du méli-mélo ?

Alors vous comprendrez peut-être plus facilement maintenant pourquoi les intérêts écologiques ou économiques d’un ou plusieurs pays ne passent jamais malgré la volonté des peuples et qu’au final, seul comptent les lois émanant top-down de la commission européenne laquelle prend au préalable ses consignes auprès des lobbies. C’est pour cela que chaque semaine vous avez une nouvelle catastrophe sociale, de nouvelles manifestations, de nouvelles grèves ou des blocages divers.

Alors le résultat est ce que nous voyons depuis des années, manif sur manif, à chacune à son tour, chaque profession seule dans son coin.

Quand ce ne sont pas les agriculteurs ou les céréaliers, ce sont les éleveurs ou les producteurs de lait, puis ce sont les retraités, et puis les enseignants, une fois ce sont les directeurs d’écoles, puis les surveillants de prison, et le mois d’après ce sont les infirmières, après c’est au tour des taxis, puis au tour des avocats, puis à celui des policiers quand ils ne se suicident pas, etc.

Ce matin encore, des auditeurs se plaignaient à la radio de la hausse des prix du carburant, de la destruction du code du travail et de la fermeture des hôpitaux mais se fichaient totalement de savoir quelles étaient les origines des causes de cette destruction globale de notre société. Société qui ne tient plus qu’à un fil avant que celle-ci ne se termine en déflagration et en guerre civile pour le plus grand bonheur de ceux qui viendront après, nous prêter pour tout reconstruire.

Ces gens ne faisaient que rouspéter après Macron. Macron par-ci, Macron par-là. Macron ne nous donne rien, Macron se moque de nous. Un peu à la manière d’enfants qui réclament à cor et à cri leurs céréales préférées et qui ne comprennent pas que les parents n’ont plus que des morceaux de pain sec à leur offrir.

Tout le monde en veut à Macron et à son gouvernement fantoche mais qu’y a-t-il de sorcier à comprendre que cet ex-banquier n’est pas plus un chef d’état souverain que je ne le suis moi-même et que cet homme n’est en réalité plus que le simple chargé de restructuration de cette banale quote-part de l’Union Européenne que l’on appelle encore la France.

En France, que vous votiez à gauche ou à droite, cela n’est sert strictement à rien et tous les partis qui jouent encore cette carte vous prennent pour des cons à commencer par ceux qui se prétendent insoumis. Mais insoumis à quoi au juste ? À la TVA ?

Mais nom de nom, vous n’en avez pas marre d’être pris pour des cons ?

Macron vous a démontré, clouant ainsi le bec à tous, que ces histoires de gauche droite, extrême gauche extrême droite, bien pas bien, ne sont que des histoires pour individus immatures et incapables de comprendre le sens profond des choses. Le personnage a même eu le culot de fêter sa victoire devant la pyramide maçonnique du Louvre tout en levant les mains en équerre vers le ciel. Mais combien d’entre vous ont vu et revoit encore cette image subliminale ? Combien ont compris cette pièce dramatique ? Très peu.

Les politiques appliquées aujourd’hui au sein des états ne sont que les fruits des Grandes Orientations de Politique Économique (GOPE) transposées à l’échelle territoriale et celles-ci sont publiées chaque année au mois de mai. S’agissant de nos députés et de nos sénateurs, ils ne servent hélas « pas à grand-chose » pour reprendre les termes exacts de l’ex-député Pascal Terrasse. Ils ne nous coûtent juste que plus d’1 milliard par an mais c’est aux étudiants, aux retraités ou aux chômeurs à qui l’on va demander des sacrifices.

Tous les jours depuis 60 ans, on nous pipeaute d’espérance avec des « changements d’Europe » ou des « toujours plus d’Europe » en y mettant tous les violons qui vont avec.Et si on se mettait tous ensemble, et si cela, et siceci, etc. Alors avec des si on met Paris en Bouteille comme dirait l’autre.Mais la réalité est que pour changer quoi que ce soit dans les traités européens, il faut que vous compreniez une bonne fois pour toute qu’il fautimpérativement l’accord unanime des 28 commissaires européens et de son président, l’ex-banquier de chez Rothschild à savoir Jean Claude Juncker, puis l’accord unanime des 28 états membres de l’union puis l’accord unanime des 28 parlements des 28 états membres. Ce qui est mathématiquement IMPOSSIBLE à réaliser compte tenu des innombrables divergences d’intérêts des régions, des pays, des cultures et des peuples composant les 28 états membres de l’Union Européenne et je vous assure qu’il n’y a pas besoin d’avoir fait des probabilités pour le comprendre.

Est-ce que vous vous rendez compte qu’une copropriété peut tomber en ruine et en faillite, comme c’est le cas dans la plus grande copropriété de France, à Grigny 2, parce que le conseil syndical

n’arrive tout simplement pas à réunir en assemblée générale une majorité de 51% afin d’acter et d’entamer tel travail de rénovation ou d’entretien d’à peine quelques milliers d’euros ?

Il n’y a pas de peuple européen pas plus qu’il n’y a de peuple africain ou de peuple asiatique. Nous sommes tous différents et c’est ce qui fait nos particularités, sons singularités et nos richesses. Les gens ouverts et intelligents le savent et ne se nourrissent que de réalisme. C’est en partie pour cela que les lettons et les lithuaniens n’ont que faire des italiens et des grecs qui essuient, sans aucune solidarité de la part des autres pays de l’union, les venues répétées de millions de clandestins africains sur leurs côtes.

Et si vous croyez qu’un jour, Jean-Claude Junker ou son successeur, voteront des lois sérieuses contre le blanchiment, la défiscalisation, la fuite des capitaux ou les délocalisations, c’est que vous croyez encore au Père Noël à la différence près c’est qu’ici l’enfant c’est vous. Les dirigeants européens ne sont là que pour veiller intelligemment aux intérêts, non pas des têtes de vainqueurs que l’on voit dans les pages du Times ou de Forbes mais bien de ceux que l’on ne voit jamais et c’est là tout le problème.

En 2016, la France a versé plus de 22,2 milliards d’euros1 à l’UE et en a perçu 11,3 milliards sous forme de subventions à l’agriculture, la santé ou la recherche. Cette différence est de 11 milliards et il n’y a pas besoin de sortir de Saint Cyr pour comprendre que l’Union Européenne ne nous aide pas et que bien au contraire, elle nous rackette. Mais ça, tous ceux qui vous vendent le rêve de l’Europe unie et qui croquent dans le gâteau oligarchique se gardent bien de vous l’expliquer.

En 2017, la France a versé 23,5 milliards à l’Union Européenne et en a reçu 13,5 milliards sous forme de subventions à l’agriculture, éducation, Recherche et développement, etc. Soit une contribution nette d’environ 10 milliards pour l’UE et donc une perte nette de 10 milliards pour les contribuables français. C’est exactement comme si vous me donniez 200 euros pour que je vous permette de rentrer dans une cagnotte commune de 28 joueurs et qu’un an après, à la fin de la partie, je vous redonne 100 euros au titre de la part vous revenant et que, par-dessus le marché, je vous contraigne sur la façon de les dépenser. Ne voyez-vous pas l’escroquerie ?

En consultant l’article 48 du Traité sur l’Union Européenne2, et je vous conjure de le lire, vous verrez que nous sommes exactement dans la situation où une organisation mafieuse arrive et nous dit : « donnez-nous votre argent et on va vous protéger tout en améliorant votre quotidien et celui de vos enfants ; vous n’aurez rien à faire, juste travailler et payer quand on vous le dira ».

Sapristi ! Comme si avant l’Union Européenne les français n’avaient jamais rien fait, ni jamais rien conquis, bâti et accompli.

Chers concitoyens, qu’il s’agisse de question monétaire, fiscale, économique, militaire ou diplomatique, tous les états membres sont assujettis, sans exception, aux traités de l’Union Européenne et à sa Cour de Justice et on ne peut pas y désobéir. D’une part parce qu’un contrat est un contrat et qu’il exige un engagement honnête de la part de ses signataires et d’autre part parce que nous ne serions plus crédibles aux yeux du monde économique et financier. En réalité, tous se conforment chaque année, sous peine d’amendes astronomiques, à la stricte mise en place des GOPE que la commission émet et publie chaque année sous forme de recommandations.

Les articles 32 et 63 du Traité de Fonctionnement de l’Union Européenne nous interdisent de revenir sur la libre circulation des capitaux et les délocalisations.

En matière de santé, nous sommes tous à la merci des lobbies pharmaceutiques et des fonds de pension sous le joug des articles 168 et 169 dudit traité et c’est pour cela, en partie, que nos hôpitaux et notre système de contribution-répartition sont détruits petit à petit.

1 http://ec.europa.eu/budget/library/biblio/publications/2017/financial-report_en.pdf (p.34)

2 https://eur-lex.europa.eu/resource.html?uri=cellar:2bf140bf-a3f8-4ab2-b506-fd71826e6da6.0002.02/DOC_1&format=PDF

Pour les retraites, ce sont les articles 5 et 121 qui nous mettent le coup de grâce et il en est de même dans tous les domaines : recherche et développement, industrie, écologie, environnement, éducation, santé, pêche, agriculture ou encore élevage.

Macron est beau et jeune mais Macron ne peut strictement rien faire pour nous si ce n’est nous mettre davantage de radars sur nos routes et davantage de taxes sur tout et n’importe quoi afin de payer les intérêts exponentiels de la dette. Et ce n’est pas parce qu’il ne veut pas ou qu’il est suffisant ou arrogant mais bien parce qu’il ne peut pas aller contre les traités et les directives de l’Union Européenne. Tout se décide à Bruxelles et nous, nous ne sommes que des numéros, que des éléments statistiques dans des tableaux de contingence.

J’aurais vraiment aimé continuer de rêver avec vous et continuer de penser qu’il est toujours possible de changer l’Europe, ou de l’améliorer, de faire une Europe plus sociale ou une Europe des nations souveraines ou ne sais-je encore quelle utopie. J’aurais vraiment aimé vous dire que cela ne tient qu’à nous de changer le monde mais je me mentirai et je vous mentirai également.

Je sais que ce constat est très dur à accepter et que les mensonges qui rassurent sont toujours préférables au vérités qui dérangent. C’est pour cela, entre autres, que nous avons toujours tendance à croire ces carriéristes politiques qui se gavent sur notre dos. Seulement, changer l’Union Européenne est tout simplement impossible et les anglais, qui sont très loin d’être des crétins, l’ont très bien compris.

C’est impossible constitutionnellement, impossible juridiquement et impossible financièrement mais ça, chers lecteurs, c’est un peu comme un problème de logique pour enfant, on le comprend ou on ne le comprend pas. Les chinois eux, disent que c’est continuer de dormir toute sa vie que de croire en un rêve irréalisable et ils ont hélas bien raison.

Tous ceux qui vous promettent de « changer l’Europe » ou vous promettent « une autre Europe » vous mentent. Ils vous mentent ouvertement car ils savent que vous n’y comprenez rien et ils savent bien que les classes moyennes d’aujourd’hui surfent encore sur les retombées de la vague prospère des 30 glorieuses. C’est pour cela qu’ils se moquent de vous, de ce que vous pensez, de votre situation et de l’avenir de vos enfants.

« Les élites » elles, envoient leurs enfants étudier à Londres, New York ou Sidney et quand ils reviennent, ils leurs dénichent les meilleurs postes de la ville et leurs achètent, à l’instar de Laurent Fabius pour son fils Thomas, les meilleurs appartements dans les meilleurs quartiers de la capitale

alors que pendant ce temps-là, les vôtres rasent les murs dans les transports en commun des grandes villes où la fausse mixité sociale et raciale est devenue plus qu’une religion.

La pharaonique dette publique que nous léguons à nos enfants ne vous suffit-elle pas ? Voulez-vous par-dessus le marché leur léguer une dictature technocratique où on marche, ou on crève ?

Réveillez-vous! Tous ceux qui vous promettent depuis plus de 60 ans une « Europe plus sociale, plus équitable ou plus juste » vous jouent du pipeau. Même ceux parmi vous qui pensent savoir sont en fait un peu comme les hommes de la caverne de Platon. Ils ne savent en réalité presque rien ou bien souvent, se retrouvant au dernier stade de réflexion et de décision, victimes de dissonances cognitives, ils refusent d’accepter la réalité telle qu’elle est vraiment.

Tous les acquis sociaux que nous ont légués nos parents et grands-parents se désagrègent au fur et à mesure que l’Union Européenne dicte ses directives et avance dans son projet totalitaire. Les ex-banquiers Juncker et Macron ne travaillent pas pour l’intérêt des peuples et les commissaires européens non plus. Les lois qu’ils écrivent sont faites pour leur propre sécurité économique et financière et sont tout bonnement dictées par les différents lobbies de la finance, de l’armement, de l’agriculture, de la pétrochimie, de la pharmacologie ou de l’hyperconsommation.

Dans quelle langue il faut que l’on vous explique que ce que vous vous apprêtez à léguer demain à vos enfants n’est que dette, misère, précarité et désolation ?

Vous pensez que vous êtes à l’abri parce que vous êtes encore en CDI ou dans une structure plus ou moins protégée ? Pas du tout ! Sachez que personne n’est à l’abri et que les prochaines personnes à être rackettées seront peut-être les gens comme vous car les pauvres de ce pays eux, n’ont plus rien du tout ou sont sous perfusion allocataire. Quant aux milliardaires, ils ne mettront jamais la main à poche sauf peut-être pour se racheter une image ou dans un souci de défiscalisation. Les seuls moutons qu’il restera donc à tondre ce sera vous.

Nous sommes en réalité, comme le disait Huxley, dans une gigantesque dictature. Une dictature parfaite, disait-il, est une dictature qui a les apparences de la démocratie mais qui en réalité n’en est pas une. Mais comme nous vivons dans une société de consommation à outrance, nous ne voyons pas que nous sommes en réalité dépossédé de tout ce qui est vrai au détriment de tout ce qui illusoire. Est-ce que vous voyez à la télévision des débats d’européistes contre des partisans du FREXIT ? Evidemment non. Ce que l’on voit ce sont des débats où des européistes se chamaillent sur quelle Europe il faut faire alors qu’en fait ils n’ont même aucun pouvoir de décision. Il n’y a pas de pluralité, il n’y a que des semblants et des leurres.

Alors est-ce qu’il existe une solution pour sortir de ce traquenard politique, économique et financier qu’est l’Union Européenne ? Est-ce qu’il est possible de repartir sur une voie autrement moins destructrice que celle que nous a offert cette Europe mondialiste dont la majorité des français n’ont pas voulu en 2005 ? Eh bien oui. Il existe effectivement une solution et celle-ci repose essentiellement sur la sortie de l’Union Européenne, la sortie de l’OTAN et sur un retour au franc.

En fait, après quelques années de rêveries, de perdition, d’abstention, puis d’analyse et de réflexion, j’en suis arrivé à la conclusion que la meilleure solution était sans doute de quitter l’Union Européenne pour revenir à ce que nous étions autrefois : c’est-à-dire un grand pays peuplé par une grande nation. Un grand état doté d’une grande puissance économique, militaire et culturelle. Car si ma mémoire est bonne, c’est bien ce que nous étions autrefois avant que nous fassions avaler par la pieuvre européenne et la mafia mondialiste.

Être pour le FREXIT, par analogie avec le BREXIT, ne fait pas de nous des arriérés ou des traîtres envers nos voisins européens contrairement à ce que l’on nous rabâche à longueur d’antenne mais des gens libres et audacieux, et des gens soucieux de maîtriser leur destin car il s’agit là juste de survie et de transmission. Est-ce que nous voulons continuer à rêver d’une Europe qui n’existe pas et qui nous tue petit à petit ou alors avons-nous envie de léguer un monde meilleur à nos enfants ?

Personnellement, je n’ai pas envie de léguer à mon fils une nouvelle forme d’autoritarisme en guise d’espace vital où tout le monde est fiché, scanné et constamment sous surveillance faciale. Je ne suis ni un national socialiste ni un antisémite mais je ne veux pas d’une Europe dictatoriale qui m’impose des choses dont je ne veux pas et qui vont à l’encontre de nos intérêts à tous. Après tout, si certains ont envie de pucer ou de mettre des codes-barres à leurs enfants ou de leur injecter 12 vaccins parce que Bayer et Sanofi l’exige, ils font ce qu’ils veulent mais moi je ne veux pas que l’on m’impose, par la réglementation ou la ratification, de donner à mon prochain bébé des céréales surchargées en glyphosates récoltées en Pologne ou du lait aux hormones de croissances venant de Lettonie. Je ne veux rien de tout ça et je ne suis pas non plus communiste ou frontiste. Mes parents sont d’origines berbères et tous les jours je remercie la providence d’être né et d’avoir grandi du bon côté de la méditerranée. Cependant, je reste mathématiquement et rationnellement convaincu que quitter l’Union Européenne est la meilleure chose qui puisse nous arriver et que cette sortie ne rime évidemment pas avec apocalypse si ce n’est au sens étymologique du terme.

À moins que l’on ait été solidement conditionné à réagir comme un enfant effrayé au point de préférer les chaînes de la servitude volontaire à la liberté et à l’émancipation, il n’y a aucune raison d’en avoir peur, bien au contraire. J’ai énormément voyagé dans ma vie et j’ai même créé 3 entreprise dont une GmbH en Allemagne. Là-bas, j’y ai vu les citoyens des pays de l’Est arriver et travailler comme des acharnés pour 1 euro de l’heure et cumuler des heures à n’en plus finir. Croyez-moi, un tel spectacle vous retourne tout entier le moral. Lorsque je suis revenu en 2012 en région parisienne, j’ai été révolté de voir ce pays se désintégrer et de voir, par la même occasion, sa population exsangue, asservie et totalement inerte.

Ce n’est pas parce que nous quitterons l’UE que nous entrerons en guerre contre l’Allemagne ou la Russie, et la mafia qui dirige la France et l’Union Européenne en coulisse joue sur ces peurs : vos peurs. Cela fait 70 ans maintenant que ceux qui tiennent à garder le pouvoir nous font peur avec la guerre par-ci et le fascisme par-là et c’est exactement pour cela que même une chèvre serait élue si elle se trouvait face à un homme politique que les médias des milliardaires nous présenteraient insidieusement comme un souverainiste ou un populiste.

Le conditionnement de ses 60 dernières années a été tellement efficace que presque tout le monde aujourd’hui est effrayé par l’épouvantail du nationalisme et du fascisme. Mais est-ce que les italiens Salvini et Di Maio, que les européistes-mondialistes nous présentent pourtant depuis toutes ses années comme étant des fascistes, sont réellement racistes, fascistes ou nazis et surtout, se comportent ils comme tels ? Bien évidemment non.

Alors moi, j’en appelle de tout cœur à votre raison et à votre intelligence.

La France n’est certes pas en guerre contre ses éternelles rivales que sont l’Allemagne et l’Angleterre et c’est vrai, mais cet état de fait que l’on présente souvent comme un bienfait de l’Union Européenne n’est dû qu’à la dissuasion nucléaire ou plus communément à ce que l’on appelle l’équilibre des forces. Il n’est dû strictement à rien d’autre que ça. Même Mitterrand l’a reconnu lors de son célèbre discours du Bundestag, discours que chacun peut par ailleurs réécouter librement sur internet. Ce n’est dû à rien d’autre et c’est la stricte vérité.

Mais si nous ne sommes pas en guerre en Europe, est-ce que cela nous empêche d’être en guerre ailleurs ? Bien évidemment non et si on pouvait bombarder à nouveau la Libye, la Syrie ou le Yémen, le gouvernement atlantiste Macron et consorts, le feraient avec plaisir !

À l’heure où j’écris ce texte, la France est en guerre partout sur le globe pour des intérêts qui ne sont absolument pas les nôtres. Essentiellement pour les États-Unis et Israël. Mais savez-vous surtout que la France est présente actuellement sur 22 zones de conflit dans le monde et qu’elle participe comme jamais au racket des populations subsahariennes ?

Les guerres pour la démocratie et les droits de l’homme ne sont que des balivernes que les vont-en-guerre comme Bernard-Henri Lévy, Cohn-Bendit, Kouchner ou Fabius, racontent aux populations occidentales pour leur donner bonne conscience. La réalité est malheureusement tout autre et les

boucheries découlant des bombardements sont si indescriptibles qu’elles dépassent l’entendement. Qu’est-ce qui justifie qu’un père et une mère cherchent en hurlant dans l’obscurité leurs enfants éclatés en puzzle dans les décombres de leur maison qui vient d’être bombardée ? Rien.

Aujourd’hui encore, ce sont des centaines de nouveaux nés qui naissent tous les jours comme des monstres au Viet Nam et en Irak. Et pourquoi ? Pour que Nike, New Balance et Ralph Lauren produisent leurs vêtements à des coûts de revient défiant toutes concurrences et pour qu’Exxon et Amazon les livre partout dans le monde sans se soucier de la facture du carburant.

Alors oui, nous vivons dans une paix artificielle et c’est vrai, mais quand on est honnête et intègre, il faut reconnaître que c’est avec la sueur d’enfants asiatiques et du sang d’enfants africains que sont construits nos téléphones, nos télés et nos tablettes car ni Picardie ni en Sologne il n’y a d’uranium pour nos centrales électriques et ni en Alsace ni en Moselle on ne trouve de coltan ou de cassitérite.

Quitter l’Union Européenne ne veut absolument pas dire que l’on va se refermer sur nous-même pour vivre en autarcie et se couper du monde. Bien au contraire ! Mais pour bien le comprendre, il nous impérativement briser ces constructions cognitives mondialistes qui leurrent notre façon de percevoir le monde tel qu’il est réellement.

Est-ce que la Suisse, l’Islande ou la Norvège sont des dictatures isolées et refermées sur elles-mêmes ? Bien évidemment non et ces pays se portent à merveille. La Suisse est même le pays d’Europe où il fait le mieux vivre avec l’indice de développement humain le 2ème plus élevé du monde alors que l’on m’épargne, s’il vous plaît, le cliché ridicule des suisses qui ne travaillent pas et qui ne vivent que de l’argent de leurs banques. La vérité est que les suisses ont surtout des idées et un tissu industriel florissant qu’ils ont toujours su protéger des fonds vautours et des piranhas financiers. Et nous français, nous n’avons pas à être jaloux car nous aussi nous savons faire et nous avons des idées. Notre tort est juste d’avoir fait confiance, élection après élection, après la mort du Général De Gaulle, à toute une flopée d’opportunistes politiques toutes gauches-droites confondues.

En 2050, c’est-à-dire demain, avec l’explosion démographique de l’Afrique francophone, la France pourrait bien devenir, non pas la 3ème ou la 2nde puissance économique au monde mais bel et bien la 1ère puissance mondiale et c’est ce qui inquiète réellement les américains qui sont en déclin. Des américains qui, d’une part, ne veulent pas nous voir quitter l’Union Européenne et font tout pour qu’on y reste, quitte à mettre notre pays à feu et à sang à l’aide de leurs légions de djihadistes puis, d’autre part, continue step by step de nous bouter tout doucement hors de ce continent africain où tout est à construire, à entretenir et à développer. Aujourd’hui, c’est l’Africom et le général Waldhauser qui font la loi là-bas et les français eux, se replient sans la moindre raison. Alors à quand remonte le dernier gros contrat signé par la France en Afrique ? Je me le demande.

Chers concitoyens, notre pays est lié aux autres pays du monde par 6684 traités tous secteurs et toutes activités confondues. Nous avons des accords commerciaux avec l’Océanie, l’Afrique, l’Asie, les Amériques et les états du Pacifique. Est-ce qu’en en dénonçant 3, c’est-à-dire notre appartenance à l’Union Européenne, à l’Euro et à l’OTAN, nous nous coupons de la planète et du reste du monde ? Non. Bien évidemment non.

Alors pourquoi ne pas briser cette impuissance apprise qui fait que dès que l’on nous parle de FREXIT, c’est-à-dire de cette sortie sereine et concertée de notre pays de l’union européenne, les français semblent craintif alors qu’au final, ils ne connaissent de ce processus que les mensonges que la télévision leur a incrustés dans le subconscient à force de matraquage cognitif.

Soyez positif et n’ayez pas peur de l’avenir et vous verrez que le ciel ne nous tombera pas sur la tête.

Nos ancêtres ont accompli de grandes choses par le passé et maintenant c’est à nous de prendre la relève et de continuer d’être un phare et un modèle pour le monde.

Les anglais, malgré les bâtons dans les roues que leur met la commission européenne, nous montrent inflexiblement le chemin de la liberté, de la sécurité et de la croissance alors encourageons-les et encourageons-nous, nous aussi à suivre cette route. Ne nous obstinons pas dans l’erreur et suivons-

les dans cette voie d’avenir et ne ratons pas une fois de plus, l’un des plus grand rendez-vous de l’histoire.

Faisons-le pour nos enfants, pour les générations à venir et donnons-leur notre intelligence et notre courage en héritage.

Vive la France et vive le peuple français !

Amaris

L’impuissance apprise

Coluche prouve que le contenu des médias est identique

Envie de créer un contenu ?

Commenter

Répondre
  1. une grand part de ces analyses ont largement été denoncé par fancois asselineau !
    le seul , l’unique candidat du frexit , faut bien lui rendre homage peut etre que sans lui on en serait encore a ce demander qu’es ce qui se passe pourquoi toute ces inegalités et injustices la faute au gvrt au journaliste au banquier … ou a un conglomera cynique de personnes desireuse de nou renvoyer au plus vite a la terre ,leur laisser de l’oxygene ils n’en peuvent plus de nous voire si l’on sert a rien , en tout cas a ne pas les servires, comme les maitre qu’ils se voient,;
    voilà nous underworld et eux au soleil , si vous n’etes pas daccord on vous creve la gueule aujourd’hui (mai demain on reviendra a germinal avec des bal réels) ; une police politic des journalistes d’etat maniant la novelangue …ect 1984 quoi

    • Article trop long pour vraiment exposer les raisons de la nécessité d´un FREXIT… Seul un débat officiel télévisé relayé üar la radio, et à répétition pourrons faire comprendre aux Francais de la nécéssité absolue d´une sortie de l´UE !

  2. Bjr,
    je prend un territoire, j’y instaure une langue parlé, lu écrite a l’intérieur de frontières qui n’existent que dans les esprits du peuple que j’éduque. j’ajoute une religion, une industrie, puis un système scolaire ect ect.. Puis du spectacle, tour de France, équipe de foot, de rugby, puis les médias s’y mettent, journaux au départ, puis télé, musique, culture, arts, tout cela c’est moi qui le contrôle. Puis pour la survie de mon état créer de toutes pièces je doit acquérir des richesses par le colonialisme génocidaire par le meurtre de masse, qui avec d’autres pays voulant ces territoire aussi m’engage dans des guerres, j’ai pour cela un peuple qui me comprend par la langue, allez pour votre pays votre patrie, dieu est avec vous, allez à la baston! Toutes les idéologies sont éducations et inversement. L’éducation c’est vouloir que l’autre fasse “librement” ce que moi je veut qu’il fasse par la contrainte et la manipulation. Le nationalisme est l’éducation à la l’idée de nation afin de pouvoir à un état de faire la guerre, de contraindre et manipuler d’autres états. ONU, OMS, FMI, OMC, UNESCO, OTAN sont des organisation de pillage de contamination d’autres pays sans avoir pour cela à leur faire la guerre.
    Parce que la cause même du problème ne peut être la solution, l’éducation n’est pas la solution l’éducation est le problème. Cdlt.

  3. Vous êtes visiblement pro-UPR messieurs les modérateurs.
    Je n’ai d’ailleurs rien contre, je fus même l’un des premiers à relayer Mr Asselineau à une époque où personne ne le connaissait encore, personne… Ceci étant dit, je suis devenu Royaliste entre temps, ce qui explique quasi par définition, que je ne vote plus. Tout en respectant bien sûr, les Upériens qui je pense, sont dans le moins pire de tous les partis.

    Tout ça pour en venir au fait que j’espère sincèrement que vous respecterez les avis de chacun, et que vous ne tenterez en aucune manière de censurer ceux qui ne sont pas pro-UPR, ceux qui sont contre le Frexit, ceux qui sont Apartisans et même ceux qui ne sont pas Républicain.

    Ceux qui se trompent seront naturellement corrigés par ceux qui ont juste, sur un espace où la liberté d’expression est respecté. Même d’un point de vue Upériste, il est plus judicieux et bénéfique de convaincre ceux qui ne sont pas d’accord avec Asselineau, que ceux qui sont déjà pour en leur for intérieur. 😉

    PS : Pourrions-nous aussi avoir droit à des Articles non limités à 5600 caractères ? Haha je taquine, je rigole 😉

    • Ave Julius, Bonjour à tous,
      Je suis l’auteur de l’article et je vous remercie pour votre commentaire. J’ai beaucoup de respect pour les royalistes, -car j’en connais quelques uns-, dont un voisin qui est un descendants d’un des fondateurs de l’action française.
      Pour vous répondre dans le fond, je ne sais pas quel est le penchant politique des modérateurs du site et franchement peu m’importe. D’une part cela ne me regarde pas et d’autre part, ils sont libres de voter et de soutenir qui ils veulent. L’important est que nous discutions tous entre nous et que nous fassions avancer le mouvement dans le bon sens. Et tant mieux si nous ne sommes pas d’accord sur certaines choses, c’est tout bénéf car c’est dans la confrontation dialectique et la rhétorique que nous nous enrichissons. Les critiques négatives ne sont pas là pour nous blesser mais pour nous permettre de nous remettre en question, de nous corriger et d’évoluer.
      Concernant l’UPR et Asselineau, cela peu paraître paradoxal mais je suis à fond derrière eux et je ne suis pas fan car je trouve que l’UPR ne va pas assez loin dans le fond des choses. Cela dit, il y a une chose très importante à comprendre. Nous ne pouvons rester soudés que si nous nous concentrons sur très peu de variables (sortie de l’UE, sortie de l’OTAN, retour au franc). Car plus nous les multiplions (santé, écologie, sociétal, etc) et plus nous risquons de nous opposer les uns les autres pour au final nous quereller quitte à en oublier nos principaux objectifs.
      2 exemples concrets pour que vous compreniez ce dont je parle:

      1- Nos ennemis ont une stratégie planétaire et tous les gouvernements du monde ou presque s’y tiennent. Ils n’en ont pas 5 ou 6, ils n’en ont qu’une. Faire disparaître les nations et mettre en place un gouvernement mondial lequel serait basé sur un nouvel ordre de fonctionnement. Faisons la même chose mais en faisant le contraire.

      2- Imaginons que nous soyons tous dans une prison et que depuis 70 ans nous souffrions de tout: du racket incessant des surveillants, des passages au mitard quand nous nous rebellons, des vaccins que l’on impose à nos enfants, etc, etc. Tous à chacun notre tour (ambulanciers, taxis, enseignants, chercheurs, commerçants, routiers, etc, etc), tous, nous manifestons chacun dans notre coin et que rien ne change. Plus notre dette pour entretenir la prison augmente et plus nous sommes rackettés. Les grandes manifs groupées dans le centre d’un des quartiers de la prison, le quartier France, se soldent depuis 6 mois par des passages à tabac et des coups de flashball dans la figure. Alors nous réalisons que dans cette prison, tout a été fait pour notre servitude et que malgré les boutiques, les jeux, les drogues et les soirées divertissements, notre sort ne s’améliorera pas, et pire, il se détériorera car nous sommes tenus par la dette et la pègre qui a financé la construction de la prison et le racket des détenus.
      Le temps passe lorsque soudain quelqu’un trouve une solution. Il propose de sortir de cette prison pour que nous recouvrions notre liberté de travailler pour nous, d’entreprendre et de vivre normalement. Pour cela, il propose que tout le monde doivent pousser une énorme porte blindée qui nous bloque la voie vers la croissance, le vrai bonheur et la liberté.
      Nous sommes tous d’accord pour résoudre nos problèmes mais quelques égoïstes s’avancent et disent: je veux bien aider mais lorsque l’on sera dehors, je veux qu’on revienne à un ordre royal. Un autre dit non, pas question. Moi je suis libertaire, je veux une vraie démocratie. Le suivant est musulman et veut un califat, l’autre est juif et veut un kiboutz. Les écolos veulent éradiquer la chasse et les carburants sinon ils ne bougeront pas. etc, etc. Et là, nous voilà revenus à la division. Le mirador sonne et c’est l’heure de payer une nouvelle taxe. Celle du refroidissement climatique.
      Moralité: l’important est de ne pas nous diviser et de garder ces 3 premiers caps que sont la sortie de l’UE, de l’OTAN et de revenir au franc pour dévaluer notre monnaie afin de relancer nos exportations car aujourd’hui nos entreprises crèvent du fait que nous ne vendions plus rien. Nous verrons plus tard comment nous organiser pour plus de démocratie et plus de liberté mais dans l’immédiat, tu peux demander tous les RIC du monde, tu ne les obtiendras jamais.
      Nous sommes devenus un état sans souveraineté. Nous ne battons plus notre monnaie, nous n’avons plus d’armée, nous n’avons plus de frontières et nos lois nous sont dictées par les lobbies en place à Bruxelles. Nos flics tirent avec des HK416 fabriqués en Allemagne et leurs munitions viennent d’Israël. Nous ne somme plus une force nucléaire depuis que Alsthom est passé sous contrôle allemand. Si demain nous voulions acheter un missile nucléaire pour l’un de nos sous-marin, il faudrait que nous l’achetions à prix d’or à Israël ou aux américains car eux, ils peuvent faire et vendre ce qu’ils veulent. On peut en dire ce qu’on veut, mais ils nous tiennent par les couilles.
      Bonne continuation à tous !
      Amaris Galis 91300

  4. “Aujourd’hui encore, ce sont des centaines de nouveaux nés qui naissent tous les jours comme des monstres au Viet Nam et en Irak. Et pourquoi ? Pour que Nike, New Balance et Ralph Lauren produisent leurs vêtements à des coûts de revient défiant toutes concurrences et pour qu’Exxon et Amazon les livre partout dans le monde sans se soucier de la facture du carburant.”

    La majorité des malformations des nouveaux-nés au Vietnam n’est-elle pas essentiellement due à l’agent orange utilisé pendant la guerre du Vietnam par les Américains ?

    • Je pense qu’il voulait dire que c’est ce qui justifie, de manière général (d’où l’inclusion de l’Irak), la politiquement extérieure très aggressive des USA. Les Vietnamiens se sont fait attaqué pour qu’à long terme, les américains puissent y implanter toutes leurs multinationales, Nike, Coca, Mc Donald & compagnie… sans parler de celles qui piquent les ressources naturelles (gaz, pétrole, minerais, pierres précieuses, etc…).

      Cependant je ne pense pas personnellement, que cela soit uniquement à cause de ça. Ça fait partie de l’équation, mais n’est compose pas l’intégralité. Car le profit ne justifie pas tout. Surtout lorsqu’il est censé profiter à des gens qui sont nés milliardaires avec une cuillère en or massif et sertie de diamants dans la bouche.
      À ce niveau là, il s’agit davantage de Pouvoir, de jouissance dominatrice, d’une lutte des classes, et même d’une guerre à mort, d’une volonté d’asservir à l’échelle planétaire, voire même pour certains, de réaliser un projet eschatologique entrepris par leurs aïeux il y a de cela plusieurs siècles, pour ne pas dire plusieurs millénaires.

      Mais c’est une autre facette du sujet, bien trop profonde, et qui requiert des mois & même des années de recherches.
      PS : Ça ne reste que mon avis perso, chacun croit ce qu’il veut. 😉

      • Non, c’est bien -et pourquoi?- me semble t-il car je pose bien ici la question de la cause ou c’est du moins comme cela que je l’entends. Si j’avais posé la question de la finalité ou du but j’aurais sans doute, et là vous avez raison, utilisé -et pour quoi ou et tout ça pour quoi-. Enfin, je me suis sans doute mal exprimé ou peut-être je me trompe. Désolé, je n’ai pas fait lettres appliquées, je suis plutôt chiffres, j’ai suivi une autre voie.

Laisser un commentaire

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

Attribuer ou enlever un point :

15 points
Vote +1 Vote -1

L'Importance des Mots (n°2)

6

Artistes gilets jaunes “Nao” – Paris 2018-2019