in

J'adoreJ'adore

De l'usage réfléchi des mots (en réponse)

Petite réponse réfléchie à l’article L’importance des mots, entendez-là en tant qu’image ou réflection et non réflexion dans un miroir car ma réponse posée est-elle mûrement réflexive ? On peut en douter.

Basta ! Là n’est pas mon propos.

Il s’agit simplement de poser deux questions, je l’aurai fait sans problème à l’intérieur de l’article par commentaire interposé mais un article semble approprié.

Je m’adresse donc à l’auteur de cet article “L’importance des mots“, Julius G. Cesarius, qui nous invite à bien utiliser les mots sans contre-sens pour se prémunir de toute manipulation. Ce qui est la plus sensée des choses à faire par les temps qui courent.

Mais en ce qui concerne la démonstration touchant le mot Islamiste, je reste sur mes gardes.

Car à vouloir trop en faire on finit par tomber dans l’excès et obtenir le contraire de l’effet souhaité.

Ma question, (j’y arrive enfin !) est :

– Depuis quand parle-t-on d’Islamisme ?

Cette question est un préliminaire incontournable pour en savoir un peu plus. Il est difficile de se passer d’un peu d’histoire et pas seulement de l’Histoire avec un grand H, mais de l’histoire des mots et quand ceux-ci sont arrivés dans la langue, dans le langage courant.

N’étant pas moi-même experte en la matière, j’ai cherché. Tout d’abord dans ma vieille encyclopédie (papier) des années 80. Pas de trace de ce vocable. Tout se joue entre Islam et islamique, mais pas islamiste. Alors je suis allée sur Internet pour y trouver cet article paru sur Libération qui m’a donné quelques éléments de réponse.

Les voici:  “Un dictionnaire comme Le Robert fait remonter l’apparition du mot «islamisme» dans la langue française à l’année 1697 et en propose deux définitions :

1/ «Religion musulmane» (il renvoie alors à «islam» et «mahométisme», mot dont il précise qu’il est daté) et

2/ «Mouvement politique et religieux prônant l’expansion ou le respect de l’islam». A Libération, le lexicographe Edouard Trouillez, qui travaille aux dictionnaires Le Robert, explique que c’est en 1993 qu’a été ajouté le deuxième sens. Cet ajout «a été motivé par l’observation de ce nouvel emploi dans les médias».

Voici un élément intéressant à connaître. Et qui va dans le sens de la démonstration de Julius. 

Mais par acquis de conscience, retour sur mon propre Petit Robert (datant de 1972 – eh oui… ça date)

Car si L’Encyclopédie n’avait pas cru nécessaire d’en faire un article en 1985, le mot y figurait-il dans le dictionnaire en 1972 ? Oui, avec cette définition succincte:

“ISLAMISME : n.m. (1765 d; de islam). Religion musulmane. V. Mahométisme (vx).

Vous pouvez déjà constater une différence de plus d’un demi-siècle concernant la date d’apparition du mot). Mais faut-il s’arrêter à ce détail, qui n’en est pas un, car on se met une fois de plus à douter du travail des journalistes et pas simplement de ceux des médias du style BFMTV.

Espérer de la part des médias de signaler les différences entre les Wahhabites, Takfiristes, Salafistes est un vœu pieux mais je doute qu’ils en sachent plus sur le sujet que le quidam à qui ils s’adressent.
Et même s’ils avaient une connaissance pointue en ce domaine, il faudrait que cela coïncide avec la ligne éditoriale. Or ils ne peuvent mordre la main de ceux qui les paient. Donc en effet, ce n’est pas là qu’on peut trouver un questionnement intéressant sur ce sujet.
Pour donner d’autres exemples, simplement aborder la guerre en Syrie sous l’angle économique serait tout aussi inenvisageable et pourtant combien lumineux pour nous tous.
Expliquer comment les pays Occidentaux avec les États-Unis en tête ont comme objectif de s’accaparer les richesses pétrolières en s’appuyant sur différents groupes terroristes et en faisant passer certains d’entre eux comme “rebelles” au régime de Bachar el-Assad. Sans parler de la guerre d’Irak (majoritairement peuplé de Chiites) qui a été entreprise pour les mêmes raisons. Ne pas oublier que l’Iran que les USA menacent à leur tour est un pays Chiite, dont l’entente est impossible avec les pays Sunnites (et les différentes orientations: Wahhabites, Takfiristes, Salafistes..).

Oui tout se tient ! Et ce n’est pas pour rien de signaler la nécessité d’abandonner une bonne fois pour toutes, la TV et les informations des médias mainstream.

En ce qui concerne la démonstration sur l’analyse du mot lui-même de Julius et la mise en correspondance avec le mot “spécialiste”, j’avoue ne pas être du tout convaincue.

Pour cela à nouveau retour au dictionnaire (en ligne) pour ce qui est du suffixe -iste:

Suffixe substantif, servant à former un nom correspondant à un métier, ou à un adepte d’une activité, d’une idéologie, ou d’une théorie.

  • Un.e damiste : personne pratiquant le jeu de dames.
  • Un.e violoniste : personne qui joue du violon.
  • Un.e alpiniste : personne pratiquant l’alpinisme.
  • Un.e communiste : personne soutenant le communisme.
  • Un.e linguiste : personne spécialisé en linguistique.

Parfois même des gentilés : Saloniquiste, Briviste, Tulliste.

Cette petite “réponse” est à voir plutôt comme un complément.

Donc je conseille à tous non seulement de faire des recherches sur Internet mais de recouper les informations, toutes les informations, d’où qu’elles viennent.

Car Internet, tout en étant un outil merveilleux n’est pas la panacée. Il y circule autant de trucs géniaux que des approximations, des trucs non vérifiés voire des inepties.

Et pour conclure : Que le Macronisme soit le dernier des entubages !

Envie de créer un contenu ?

Commenter

Laisser un commentaire

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

Attribuer ou enlever un point :

4 points
Vote +1 Vote -1

Les listes européennes dites “spéciales Gilets Jaunes”

Collages sur panneaux électoraux