in

Un pauvre sur 4 meurt avant la retraite

Nous nous faisons dans cet article, le relais d’un excellent travail de recherche sur la corrélation entre le degré de richesse et le droit à la retraite. Ce document met en relief les incidences des inégalités de revenus et de conditions sociales allant de pair avec la problématique du versement des retraites.

L’évidence est bien là: le travail le plus usant est la plus part du temps aussi le travail le moins bien payé, ce qui rajoute une double peine à ceux qui auront payé le plus longtemps pour ne rien avoir en retour et à qui on demande de prolonger indéfiniment leur durée de travail.

Plus tu travailles dur et mal payé, moins tu as de chance d’atteindre l’âge de la retraite

L’inégalité de revenu est une conséquence de l’inégalité d’accès à la possession du capital dans notre économie.
C’est ce lien même qui est la cause de la totalité des problèmes qui en découlent.
Ce lien est lui-même frappé à la base de la même dynamique exponentielle de distorsion qui élargit à toute vitesse le fossé entre les riches et les pauvres.

Très factuellement cela se traduit par exemple par le fait qu’en gagnant un smic une personne jeune d’aujourd’hui ne peut que très difficilement imaginer payer un loyer et un moyen de locomotion indépendant pour pouvoir quitter l’habitat parental et être autonome sans peiner à finir le mois sur un plan alimentaire et soins de santé normaux (dents, vue, soins de santé basiques) et n’a aucune capacité à constituer un capital d’épargne.

Les pauvres et les classes moyennes vivent en carence de pouvoir d’achat de façon chronique et en incapacité à constituer une épargne constitutive d’un capital qui les protégeraient des coups durs de la vie, et réduit leur espérance de vie,

dans une société où la valeur et le recours aux prises en charge de santé collectivisés diminuent (acquis sociaux vidés de leur substance ou supprimés ou versé dans le domaine privé qui en rend le prix inaccessible).

Ce qui caractérise un pauvre est de ne pas avoir de mutuelle ou une mutuelle réduite au minimum rendant impossible la prise en charge de certains soins qui maintiennent en bonne santé et évitent les accidents = avoir une dentition en bon état et une vue normalement corrigée, pouvoir s’arrêter de travailler quand on est malade. Les personnes n’ayant pas de mutuelle sont d’abord les jeunes, les retraités et les chomeurs pour cause de pauvreté.

La bonne santé est le capital du pauvre, capital que le travail épuise pour creuser le fossé entre ceux qui en perçoivent le bénéfice réel et ceux qui survivent des miettes qu’on leur laisse pour pouvoir continuer à les exploiter. Désormais avec l’arrivée massive des robots, la quantité de miettes est révisée à la baisse avec toutes ses conséquences évidentes.

Nous relayons comme demandé par Osons Causer, leur travail et l’info documentée pour participer à sa plus large diffusion au plus vite (n’hésitez pas à partager au maximum):

Le plus important est dit dans le titre

Nous vous invitons à continuer à explorer leur documentation sur le sujet sur leurs sites en cliquant ci- dessous:

(allez s’il vous plait, sur YT de leur attribuer un pouce bleu pour participer à faire circuler l’info.)

et visiter leur nouveau média:

https://osonscomprendre.com

Nous avons démenti certains discours sur la question de l’âge, le nombre réel de personnes âgées atteignant les 80 ans et plus, taux de mortalité, espérance de vie, espérance de vie en bonne santé et montré qu’il n’y a pas de disproportion entre le nombre de cotisants et de retraités présents ou à venir: ici

Mais il était important aussi de mettre en relief le fait que plus tu es pauvre moins tu as de chance de bénéficier des droits ouverts par les contributions que tu auras versées. Le fait de souscrire à des assurances retraites privées ne change rien à cela puisque par essence les pauvres n’ont que très peu de capacité d’épargne personnelle.

Nous ajoutons une partie d’information passée aussi sous silence, qui pointe LE REEL PROBLEME auquel nous devons faire face:

Ce n’est pas le fait de payer des retraites qui est le problème à venir,
c’est l’impossibilité de pouvoir toucher une retraite par manque de travail
(et de travail correctement rémunéré)

Les chiffres suivants ( de 2015) témoignent déjà des effets de la très grande difficulté de trouver un emploi pour les + de 55 ans et des effets sur l’accès à la retraite des personnes ayant eu à vivre du chomage de longue durée.

1 personne sur 10 âgée de 53 à 69 ans n’a ni emploi ni retraite, soit 140 000 personnes

qui est cette personne? très majoritairement plutôt une femme, un chomeur longue durée, ou une personne handicapée, .

32% de ces personnes ne sont pas des rentiers
mais des pauvres = 44 800 personnes
des personnes usées, malades, âgées et pauvres
Les plus pauvres des pauvres

Selon les critères du marché du travail, la probabilité pour eux (elles) de trouver un emploi = 0 , et leur espérance de vie bien plus faible que la moyenne car leur état de santé est 30% moins bon que la population du même âge.

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er1079.pdf

Commenter

Laisser un commentaire

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

Attribuer ou enlever un point :

12 points
Vote +1 Vote -1

Soutien international à la lutte contre la retraite à points en France et ailleurs

APPEL aux HOSPiTALiERS