in

Ahou AhouAhou Ahou

On est là et on n’oubliera pas!

Voilà nous sommes confinés depuis 5 semaines et à minima jusqu’au 11 mai. Un virus, une pandémie mondiale, dont l’exponentialité rend le pouvoir meurtrier potentiellement vertigineux. D’autant plus qu’il s’en prend aux plus faibles qu’instinctivement nous avons envie de protéger. Parce que nous sommes les enfants de nos parents et les petits enfants de nos grands-parents, on a compris que ce virus était plus costaud qu’une simple grippe, pas très grave pour les plus jeunes mais beaucoup plus grave pour les plus vieux ou les gens affaiblis. Et la plupart d’entre nous savent lorsqu’il est l’heure, être citoyens, solidaires de nos hospitaliers, de ceux qui s’exposent, qui souffrent, de ceux qui mènent le combat pour sauver la vie. Mais…

Mais pas de masques pas d’équipements, pas de tests, un jour oui, un jour le contraire, au début la peur était bien là, mais à force de contradictions, d’imbécilités, d’imprévoyance, d’incompétences, de manigances…

Comment ne pas être en colère?

Tout le monde sait que ce sont les gens d’en bas, les petits salaires de misère, pour beaucoup des gilets jaunes, qui sont les 1ers de corvée, en première ligne face à la peur d’être contaminés, pour tenir fonctionnel l’essentiel du pays et s’occuper des malades.

Alors

Lancement des actions
“on n’oubliera pas”

Pourquoi?

ATTENTION
CECI ETAIT ECOEURANT, MAIS
VOUS ALLEZ L’ÊTRE ENCORE PLUS

Les hopitaux publics, débordés par les cas graves de covid19 encaissent les entrées de malades et les morts, 7 jours sur 7, 24h sur 24, à la limite de leurs forces, tout en continuant de gérer les urgences habituelles, accouchements, accidents, crises cardiaques etc.

Et les médias gardent soigneusement les caméras braquées sur le débordement des hopitaux publics des seules zones où il y a un gros taux de contamination et la surexploitation du personnel public.

Par le truchement de la télévision dans le salon de chaque confiné, l’impression de chaos total domine, et fait régner la politique de la peur partout, comme si tout le pays vivait le drame au même niveau, alors que ce n’est pas le cas et se limite à 1/3 du pays pour l’instant, grace à notre consentement citoyen au confinement.

Certes chacun doit rester confiné et comprendre la raison de cette façon de lutter collectivement contre la pandémie. L’imprévoyance et le machiavélisme de nos politiques nous y contraint.

Pas de tests, pas d’autre solution.

Nous sommes soumis par l’absence de solutions techniques que tous les autres pays mettent en oeuvre autour de nous à rester confinés, et nous obéissons parce que nous avons compris ce qu’on nous a expliqué, et finalement ce recul nous donne l’occasion de mieux comprendre

Alors nous n’oublierons pas.

Il semble que la notion de RTT de vacances et de droits sociaux, se soit très sérieusement dévaluée au titre de l’effort national qui évidemment est donné sans compter par ceux qui travaillent jour et nuit et n’ont l’occasion de penser à rien d’autre tellement ils sont fatigués.

Des technocrates scientiques et leurs porte-paroles dans les médias entravent le travail des médecins au prétexte des impératifs des lobbyes pharmaceutiques qui veulent tirer leur épingle du jeu (parce que pour eux tout est poker) afin de concocter les 1ers un vaccin ou les médicaments efficaces les plus couteux qui leurs réserveront les plus gros profits, les autres une réponse de terrain médicale et non commerciale adaptée à chaque patient et à cette nouvelle maladie.

Cette stratégie va pousser au total épuisement, au dégout.

https://actu.fr/nouvelle-aquitaine/rochelle_17300/charente-maritime-medecins-des-infirmiers-jettent-leponge-devant-lattitude-lars_32889694.html?fbclid=IwAR3yhZf4vCUEi1Gk3e4QR3_R-C4QBeRXEM0FDKSh3zJIevMGyRL89PkjVKE

Une partie des gens entre la douleur de s’être battu, de l’épuisement, la douleur de l’ennui et l’inaction du confinement, de la peur et de la perte d’êtres chers, finiront par avoir la haine sans réfléchir et trouveront normal de vouloir changer le système… (c’est déjà le message qui est passé à propos du tri des malades en Italie sans autre explication approfondie de la question qu’en montrant les italiens du doigt triant les personnes qui peuvent être sauvées des autres puis finalement chez nous aussi parce qu’en fait les politiques d’austérité et de casse des services publics dictées par l’Europe des lobbyes ont partout les mêmes conséquences: deux malades arrivent et il n’y a qu’un lit et c’est bien le fait qu’il n’y ait qu’un lit pour 2 qui tue plus que le fait d’avoir le coronavirus alors qu’on a payé très cher pour qu’il y ait 2 lits)

Après les applaus et louanges accordés à ceux qui ont tout donnés, “EN MÊME TEMPS” on aboutira au prétexte du “plus jamais ça” au constat de l’inefficience des hopitaux publics et au besoin de restructuration et recadrage du système de santé, et de là, au final, à la destruction et au dénigrement de l’image des hôpitaux publics, pour opérer un futur retournement des esprits et l’accomplissement de la destruction des services publics.

COMBIEN DE FOIS NOUS A-T-ON FAIT CE SCENARIO?

Comme l’hopital public n’aura pas pu empêcher plein de morts et aura dû trier les malades, en sacrifiant certains sous la double contrainte du surnombre mais surtout d’une circulaire:

https://lecourrierdesstrateges.fr/2020/03/25/exclu-trier-les-vieux-malades-du-coronavirus-les-instructions-officielles-publie

L’opération de com est sordidement bien menée, accompagnée de tous les ordres donnés, cautionnés par la proclamation de l’état d’urgence sanitaire qui curieusement au delà d’une imprévoyance coupable et mensongère de l’Etat, empêche aussi de tout faire pour trouver des masques, des outils de travail pour les hospitaliers, des médicaments pour les malades, définir un protocole de soins qui endiguerait la contagiosité, des tests valables, et en vient à recommander la sédation finale comme moyen d’exécution… des consignes.

Ceci sans attendre que les médecins au contact direct de la maladie fasse remonter leurs résultats

ici le constat d’un urgentiste, constat proche de ceux d’autres praticiens en France et ailleurs ( ici autre publication), y compris en Chine où l’on continue la recherche sur ce nouveau virus qui sont aussi mis en ligne. Tout cela devrait nourrir le courage et l’espoir qu’un protocole de soins mieux ciblé aboutisse et contribue avec l’ensemble du travail de tous les chercheurs par la remontée des résultats et constats des expériences de terrain des soignants, à cesser de laisser sacrifier des vies au nom de dogmes, d’ignorance, d’intéressements, de stratégies politiques, financières, pour n’obtenir qu’un seul résultat: celui du bien commun, la victoire sur ce virus et pour le monde entier .

Normalement l’avalanche de ces nouvelles paralyse votre conscience pour protéger votre sensibilité, crée un état de sidération et amène à l’envie d’être sourd et aveugle, à refuser d’admettre que c’est vraiment réel et commence à opérer un rejet de ces informations, à vouloir les ranger dans un coin, les oublier pour ne plus souffrir, pour retrouver un peu d’espace mental libre et paisible, un peu de cohérence.

Afin de contrecarrer la manipulation en cours
qui vise à faire perdre la tête à l’opinion publique,
qui vise à vous faire effacer toutes les incohérences
par vous-mêmes,
comme les auto-autorisations de sorties que vous devez vous signez à vous-mêmes,

plusieurs mouvements ont lancé l’opération
“On n’oubliera pas”

POURQUOI?

On peut voir que plus personne ne se souvient de ce qui s’est passé pendant la grippe de HonkHong ( 31000 morts en France en 1969, 1 million dans le monde). L’oubli est un mécanisme naturel de la mémoire individuelle autant que collective, de l’ordre du déni, pour retrouver assez d’énergie après un drame ou une épreuve afin de passer à autre chose.

Après un gros trauma collectif, on a besoin de nouveaux repères pour redémarrer. et presque toujours ce sont ceux qui n’ont jamais perdu ni lâché le pouvoir et dont les injonctions précédentes ont conduit à une catastrophe qui ont le plus facilement les moyens de proposer de nouvelles bases. Il s’agit juste de provoquer une inversion de valeurs qui repose sur le besoin d’oublier la douleur, pour vous faire adhérer à leur nouveau projet. Alors qu’en fait il n’y a pas de nouveau projet: c’est le même que celui qui a conduit au chaos précédent, le même en pire.

Il est très difficile de rester en opposition consciente avec l’auteur d’une horreur sans être bouffé par la douleur, la colère, le désir de vengeance, de justice, et stagner dans le confinement avec ces énergies négatives donc dans l’impuissance.

Le confinement a deux raisons d’être “en même temps”:

  • Technique pour lutter contre l’épidémie dont tout le monde comprend la logique maintes fois répétées sur tous les médias
  • vous maintenir dans l’impuissance et l’inactivité et vous soumettre à une information de masse ( pour ne pas dire une propagande), bref vous mater.

Et tout cela est un enchaînement pour nous pousser dans les cordes d’accepter tout et n’importe quoi pourvu que cela cesse.

Le stress est intense pour beaucoup. S’y ajoute l’angoisse d’un lendemain incertain.

En plus, le confinement chez soi est un faux confort parce que sans liberté, il maintient les gens dans le pré-oubli parce que la plupart ne vivent ce trauma collectif qu’isolé sur un plan imaginaire par le biais des médias, séparé de ceux qui triment, séparés de tous ceux qui vivant les choses en direct peuvent témoigner par le bouche à oreille. On vous prépare à ne vous souvenir que de l’envie d’être libre à nouveau d’aller et venir, libre d’oublier les nouvelles chaînes qu’on vous aura passées aux pieds aux mains et aux idées entre temps, juste assez longtemps pour que vous n’en sentiez plus le poids avant de pouvoir retrouver un état de liberté nouvellement “reconditionnée”.

Un rinçage de cerveau dans les grandes dimensions ce qui en sus, vu la largeur du “plus c’est gros, plus ça passe”, empêche les gens de cerner la structure du processus, la taille du nouveau cadre.

Nous sommes dans la guerre psychologique en sus de la pandémie ET de la méga-crise économique et financière qui est déjà là en parallèle et même à l’origine de la pandémie.

La crise économique et financière
n’est pas une conséquence
mais la cause de la pandémie

  • C’est parce qu’on a pratiqué l’austérité et la dégradation des services publics de santé qu’on en est là
  • C’est parce que l’égoisme financier prévaut dans l’organisation européenne qu’on en est là
  • C’est à cause de l’inexorable accumulation des richesses ET de tous les pouvoirs entre les mains du 1% qui téléguident la gestion des Etats qu’on en est là
  • C’est parce qu’on a voulu fonctionner en flux tendus à l’extrême qu’on n’a plus de stocks de sécurité
  • C’est parce qu’on a délégué toute la capacité de production industrielle à de grands groupes affamés de bénéfices qui voulaient profiter des basses conditions de travail proposées ailleurs, que toute l’industrie du monde s’est trouvé délocalisée là où il est plus facile d’exploiter la misère et la pollution (Chine Inde Mexique Brésil, Afrique etc)
  • C’est parce que partout on a pratiqué la surindustrialisation au mépris de l’écologie et du respect de la vie animale et humaine qu’on en est là partout dans le monde.
  • C’est parce qu’on veut remplacer le travail humain par celui des machines sans redéfinir le partage des richesses entre humains qu’on en est là
  • C’est parce qu’une machine n’est jamais malade que la santé ne compte pas pour ceux qui fonctionnent en ne pensant qu’en chiffres et en argent.

C’est pour cela que nous devons reprendre le pouvoir de penser par nous-mêmes,
nous organiser ensemble par nous-mêmes
et redéfinir les lois pour cela (RIC).
Sinon nous retomberont dans les mêmes errances
et des problèmes encore plus complexes
(si nous sommes encore vivants la prochaine fois)

D’où l’importance de ne rien lâcher
D’être à nouveau là

Et ne rien oublier

Lâchez-vous, participez, ajoutez votre “On n’oubliera pas ” à la liste lancée par Partager c’est sympa:

En le formulant, en l’écrivant,
vous aiderez votre cerveau à ne pas oublier.

Et n’oubliez pas:
Vous avez le droit de coudre.
Vous pouvez fabriquer vous-mêmes les masques dont vous avez besoin,
sans attendre rien du gouvernement.

La fin de ce confinement ne signera pas de retrouver une normalité qui n’existait pas,
qui ne nous protègeait pas,

Une fausse ” normalité” qui n’était qu’une vaste escroquerie,
dans laquelle personne n’a envie de replonger,
pour une escroquerie encore plus profonde.

ON N’OUBLIERA PAS

ON EST LA

Commenter

Répondre
  1. Sauf que c’est maintenant qu’ils mentent le plus, ils avaient raison au début de dire que les masques ne servent à rien pour les gens normaux, que ce n’est qu’un virus de plus, et j’en passe. Sauf que les médias, l’OMS, les rumeurs Internet, ont travaillé au corps les gens, ont créé une peur panique, et c’est là que les dominants ont pu utiliser notre élan de peur contre nous par une formidable prise de judo (comme d’habitude…) pour organiser la destruction de l’économie, du droit du travail, de la santé du peuple à commencer par les indispensables “premiers de corvées” qui vont au travail terrorisés par un virus bénin ce qui est d’autant plus épuisant et fragilisant…

    Jean-Dominique Michel a raison, les morts sont politiques.

    Et même avec cette surmortalité due au traitement des Ehpad, à la saturation organisée des hôpitaux (qu’on avait tous les ans), à l’assignation à résidence de la population sauf pour aller se choper la nouvelle grippe dans des hypermarchés, au refus de soigner et à l’interdiction faite aux patients d’accéder aux traitements utiles à cause du mensonge “nouveau virus très très grave = il faut un nouveau traitement très très scientifiquement prouvé et attendre que Bill Gates nous sauve”, au comptage tout azimut (quasiment tout est compté Covid-19, les morts de vieillesse, de grippes, de pneumonies, de cancers, autres…), on n’atteint même pas le compte d’une grippe sévère.

    Quel échec.

    Leur seule chance c’est d’arriver à nous faire croire quand même qu’il s’est passé quelque chose de spécial en terme de pandémie, leur seule chance c’est de nous manipuler, de nous faire porter des masques, d’entretenir ce besoin de changer de comportement et de vie. C’était si facile, nous étions programmés pour prendre tout ce qui sortait de la bouche de Macron et ses sbires pour des mensonges, donc s’il disait “tout va bien, vous pouvez vivre normalement”, c’était pour qu’on croit l’inverse. Imaginez qu’il ait plutôt directement joué le jeu des médias et de l’OMS, on aurait vu arriver cette tentative de créer et d’instrumentaliser la peur.

    Qui va résister maintenant à la dictature médicale mondiale qui va se mettre en place et aggraver notre santé de façon spectaculaire (vaccins, hygiénisme, masques…) ? Les vidéos de l’article mélangent tout, le faux et le vrai, avalisant la restriction de liberté (pour pas plus de sécurité) tout en dénonçant avec justesse le sabotage et l’inconséquence de nos petits dirigeants.

Laisser un commentaire

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

Attribuer ou enlever un point :

13 points
Vote +1 Vote -1

Commençons par le début: la fashion folie des masques!