in

J'adoreJ'adore sympasympa

Le gilet jaune intérieur, le gilet jaune armure

Bonjour à tous.

“Aujourd’hui j’ai envie de vous soumettre une idée, ou plutôt de rebondir sur une idée que j’ai entendue, suggérée par d’autres, comme Ernesto Deupoinzero notamment. Je souhaite agrémenter cette idée d’une dimension nouvelle.

L’idée en question est la suivante : continuer de porter son gilet jaune en dehors des manifestations et autres circonstances ouvertement militantes, continuer de porter son gilet jaune à certains moments de sa vie quotidienne, par exemple en faisant ses courses ou en se baladant. Cette idée de base, plus ou moins pertinente,  serait aussi à débattre, à explorer en groupe, peut-être par exemple sur le Rond-point 2.0, à moins que ça n’ait déjà été fait.

Avant que j’y apporte mon grain de sel, qu’est ce que cette idée m’évoque?  principalement:

Porter le gilet jaune dans la vie quotidienne = Le fait de poursuivre les revendications en dehors du cadre des manifestations.

Cela peut permettre de montrer que l’on est fidèle au mouvement, voire de renforcer la motivation des “gilets jaunes de manifs” qui auraient ôté leur gilet en semaine et qui s’interrogent sur leur participation au prochain samedi de mobilisation – qu’ils doutent de l’efficacité des manifs ou qu’ils aient simplement peur de la répression policière.

Cela peut aussi permettre de montrer que le mouvement ne s’essouffle pas, en effectuant une pression sur tous ces français qui ne s’identifient pas au mouvement des gilets jaunes:

  • Pression pédagogique : montrer que les gilets jaunes ne sont pas tels que les médias les décrivent – des manifestants furibards qui retournent des voitures pour y mettre le feu, des black blocs, de sales bouseux qui s’expriment mal, qui sentent mauvais et qui font des tafs que l’on ne voudrait pas pour ses propres enfants.
  • Pression psychologique : montrer aux citadins, qu’ils côtoient au quotidien des gilets jaunes sans leurs “uniformes”, qu’ils seraient même entourés de gilets jaunes si l’uniforme était porté, qu’au final les non-gilets jaunes ne sont pas la majorité des français et qu’en tant que minorité, ils devraient réfléchir sérieusement à nous réjoindre.

Voilà ce que je comprends de l’idée de base : un moyen de communication politique orienté vers l’extérieur:

    Le port du Gilet jaune dans la vie ordinaire = Un outil tactique de terrain

Une guérilla pacifique de l’opinion, à l’image du gilet jaune sur tableau de bord de véhicule.

En ce qui me concerne cependant, j’estime que ce n’est pas suffisant. Pour vous la faire courte, en tant qu’ardent militant de l’UPR, cela fait des mois que je colle des affiches UPR dans ma ville et sa région environnante pour convaincre les français de voter pour la liste “Ensemble pour le Frexit” aux élections européennes, des mois que je rédige bénévolement des réponses pour le service courrier de l’UPR et résultat : la liste a réuni 1.17% des suffrages le 26 mai dernier. Mon soutien demeure plein et entier, tout comme ma détermination. Mais tout ça pour dire que:

Montrer les choses aux gens ne les fait pas changer forcément.

Ce qui vaut pour les affiches peut aussi valoir pour les gilets jaunes : en portant nos gilets en ville, ne risquons-nous pas au contraire de nous singulariser et de nous désigner, sans emporter l’adhésion des sceptiques ? En clair, je doute que porter nos gilets jaunes au quotidien change grand chose, de façon significative, à la manière dont la Macronie et ses commanditaires de l’UE ignorent nos revendications.

Ce faisant, la dimension que je souhaite ajouter, que je n’ai entendu personne mentionner, c’est:

La dimension du Gilet Jaune Intérieur,

ou

Gilet Jaune Armure.

Pour vous la présenter, je dois évoquer brièvement mon très insignifiant parcours dans le bouddhisme zen soto japonais.

Il y a environ huit ans, je suis allé rencontrer un maître zen dans la ville de mes études. Un maître zen ?! Simplement un homme qui, ayant étudié au Japon auprès d’un maître plus ancien dans la lignée de l’école zen soto, étant devenu moine, ayant vécu et pratiqué dans des monastères traditionnels, que dis-je, ancestraux, un homme qui est parvenu à obtenir le shiho, c’est-à-dire la certification, l’autorisation, le devoir même d’enseigner sa compréhension de la voie zen. C’est cet homme que je suis allé rencontrer de ma propre initiative et auprès duquel j’ai pris refuge” dans le zen. La prise de refuge (une sorte de baptême) est symbolisée par l’attribution d’un court habit semblable à un tablier, cousu de mes mains, qu’on appelle le rakusu, à l’intérieur duquel le maître a écrit, au pinceau et à l’encre, quelques consignes fondamentales liées à la pratique du bouddhisme zen.

L’idée du rakusu, cet habit a priori inutile du point de vue vestimentaire, c’est qu’en le portant sur soi, on est tenu de pratiquer au mieux, en toute sincérité et vigilance. Pas forcément en posture d’assise silencieuse tout le temps, mais en se montrant digne, par ses actes, de toute la lignée qui, depuis le Bouddha, transmet l’enseignement du Bouddha.

Ainsi,  le  port  du  rakusu  est assimilable  au port  d’une  armure  et  d ‘ une   protection   parce  que   le   port   du  rakusu  engage,  

il te grandit, tu le portes pour toi.

Tu ne le portes pas pour aller au MacDo,  avant une conversation que tu prévois houleuse avec un proche, etc. ou alors tu le portes pour te rappeler au calme. Le port du rakusu  te rappelle à l’abnégation, la compréhension,  afin de tirer un autre pratiquant de ses habitudes funestes. Telle est la dimension du rakusu : armure et engagement (à la probité, à l’intégrité, à la grandeur d’âme, etc).

Eh bien, c’est un peu de la sorte que j’envisage le port quotidien du gilet jaune. Pas forcément pour montrer aux autres que je suis un gilet jaune, pas forcément pour scander un slogan révolutionnaire par ma seule présence. Le port du gilet jaune sur soi, en soi, pour soi, éventuellement sous une autre couche de vêtements, le gilet jaune invisible qui ne t’attirera les foudres de personne, a fortiori pas les foudres des puissants, des sachants, de croquantes et des croquants (comme disait Brassens) qui eux ne portent pas le gilet jaune.

Envisager le port quotidien du gilet jaune

comme  un gilet jaune intérieur,

comme un gilet jaune armure

Quand tu portes le gilet jaune intérieur, le gilet jaune armure, tu ne cèdes pas à tes sempiternelles habitudes consuméristes, tu ne répètes pas ces petites actions qui chaque jour confèrent leur pouvoir aux puissants, aiguisent les haches de nos bourreaux, violent les esprits de nos parents, amis, enfants par l’intrusion de la publicité, de l’achat et du désir. Tu cesses de saper continuellement l’effort collectif des gilets jaunes pour nous sortir de l’ornière. En quelque sorte, le port du gilet jaune intérieur, du gilet jaune armure, encourage une approche abstentionniste au sens large (au delà du vote, dans le quotidien préférer le repos de l’esprit et l’inaction du corps à l’agitation permanente du système) ainsi qu’une approche remplaciste (remplacer les habitudes funestes par des habitudes saines) en plus d’une approche interventionniste militante dont les gilets jaunes ont déjà le secret.

C’est à vous de discerner quelles sont vos “sempiternelles habitudes consuméristes” : fumer, boire, grignoter, acheter compulsivement, jouer, regarder la télé, les séries, le cinéma hollywoodien, passer du temps sur les réseaux sociaux, consacrer du temps et de l’énergie aux GAFAM et autres plateformes américaines spécialisées dans le captage d’attention, etc. A quoi bon vous faire une liste, je crois que vous saurez séparer le bon grain de l’ivraie par vous-mêmes.

Le gilet jaune intérieur,  le gilet jaune armure, devient un guide pour choisir d’agir différemment au quotidien

Le gilet jaune intérieur, le gilet jaune armure, peut inciter à analyser nos actions : les retombées environnementales de nos achats, les conséquences sous-jacentes de nos habitudes de consommation (ressources naturelles consommées, énergies fossiles dépensées pour déplacer tant les matières premières que les produits finis, la pollution qui en découle, etc). Le gilet jaune peut devenir notre colonne vertébrale, cohérente et adulte, face à ce système globalisé qui nous infantilise et ce faisant nous réduit en esclavage.

Ton gilet jaune intérieur, ton gilet jaune armure, te rappelle que tu es un gilet jaune des manifs, un gilet jaune des ronds points, un gilet jaune des galères ou un gilet jaune aisé, mais surtout

il t’incite à la cohérence,

il t’incite à l’intégrité de ta démarche.

Voilà, j’interromps là mon propos, en espérant qu’il vous inspire, qu’il vous fasse réfléchir, si je puis me permettre humblement.

Pierre Claisse

Cet article est la transcription (synthétique) de la vidéo suivante https://www.youtube.com/watch?v=Lo9AFKM05uo que j’ai soumise à TVGJ comme témoignage personnel, visionnable ici sur ce blog. 

Envie de créer un contenu ?

Commenter

Répondre

Laisser un commentaire

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

Attribuer ou enlever un point :

8 points
Vote +1 Vote -1

Bruxelles dirige macron Obéit. Les GOPÉ 2018-2019

La Révolution, pourquoi pas?