in

Au niveau municipal

Petits conseils à ceux qui s’impliquent activement dans les élections municipales, que ce soit en portant une liste jaune, en jaunissant une liste partisane, ou en faisant du lobbying jaune auprès de la liste qui a le plus de chance d’être élue ou réélue…  

 Ce que nous voulons…

Au niveau de la ville, nos revendications principales (meilleure répartition des ressources, RiC en toutes matières, suppression des privilèges de la caste politico-administrative et éviction immédiate de l’équipe gouvernementale) sont un peu hors sujet.

 La mise en place d’un RiC local nous intéresse pour prouver que la vie de la cité concerne les citoyens et pour les habituer à prendre eux-mêmes les décisions qui impactent leur quotidien. Mais les prérogatives des localités comme leurs budgets ont été depuis 20 ans sévèrement restreints par les gouvernements successifs et par la crise financière de 2008. Les villes sont exsangues et ne peuvent pas significativement rééquilibrer les ressources du plus grand nombre. 

Quant à l’épisode récent concernant l’annulation par l’État de l’arrêté municipal interdisant les épandages de glyphosate à moins de 5 mètres des habitations, il atteste des limites légales du pouvoir des mairies. Sans une nouvelle Constitution remettant en question la hiérarchie actuelle des normes administratives, toute décision citoyenne et locale pourra être annulée par l’État, si celle-ci contrarie l’intérêt des lobbys qui le dirigent en sous-main.

Par contre, ce que nous pouvons obtenir au niveau local,ce sont des moyens – non financiers – d’améliorer nos quotidiens.

Renouveler et diffuser plus largement l’idée d’une Maison du Peuple permettant d’échanger outils et services (garde d’enfants, bricolage, couture, jardinage, soutien scolaire) et d’accueillir des conférences d’éducation populaire pour faire monter le niveau de politisation du groupe. Il y faudrait une cantine à gérer de manière collective, où les repas seraient préparés par des bénévoles à tour de rôle, ou par des « emplois aidés ». Des repas très peu chers et de bonne qualité, en lien avec une AMAP (pour soutenir la nécessaire mutation vers l’agriculture non toxique) ou avec un champ jaune (décrit plus loin). Quelques villages précurseurs ont ainsi monté des lieux solidaires-alternatifs, café-épicerie local, lieu de réunion et d’échanges collectivisés pour rendre aux habitants les moyens de l’exercice d’une démocratie concrète et directe. Ils ont ouvert la voie à ce que cela se répande dans toutes les communes. Ils l’ont fait, ça marche, essaimons partout le concept.

Un groupe dans chaque Maison du Peuple peut aussi s occuper, tel un Comité d’Entreprise, à la recherche ou l’organisation de vacances collectives à bas coût, notamment pour les enfants.  

Il est aussi crucial d’obtenir de chaque ville l’achat et l’usufruit pour les Gilets Jaunes de champs communaux ou d’une zone de jardins partagés. Chaque personne impliquée dans le maraîchage de ce champ serait rétribuée en paniers de légumes. Les surplus seraient adressés à la cantine collective, ou vendus pour financer le renouvellement du matériel agricole.  

Il est également indispensable d’obtenir la création d’une monnaie locale (et de sa banque) pour relancer l’économie des Gilets Jaunes et plus largement celle de la ville, ainsi que  pour faciliter l’intendance de la « solidarité jaune » mise en place dans les Maisons du Peuple. 

Bref, il s’agit d’élaborer un système économique parallèle, le moins monétaire possible.Les économies qu’il permettrait, augmenteraient d’autant le pouvoir d’achat de chacun.

N’ayant pas réussi à faire venir à nous la grande masse des français en plus d’un an de manifestations, il est temps de nous organiser entre nous pour améliorer nous-mêmes et uniquement pour nous, nos conditions d’existence !  

  Adaptons-nous à la réalité de la situation ! 

La masse ne bouge pas pour obtenir un « monde meilleur » ? Créons un réseau d’entre-aide privé, une « fraternité » joyeuse et enviable ! Moyen sans doute plus efficace que la sollicitation pour faire venir les autres à nous. Le système organise la rareté monétaire ? Diminuons nos besoins financiers et utilisons une monnaie libérée des contraintes bruxelloises, stimulant l’activité locale !   

Ces mises en commun d’énergie et de moyens sont également à considérer dans la perspective du crash boursier qui arrive et de l’effondrement civilisationnel annoncé, qui devrait suivre à plus ou moins long terme. Nous, nous serons organisés en réseaux alternatifs, donc moins impactés par un changement brutal de la situation de l’emploi, de la disponibilité du cash, des approvisionnements internationaux et de l’augmentation des prix de l’énergie…

La survie, c’est local !

Sous cet angle, les élections municipales pourraient être

les plus déterminantes pour nos conditions d’existence

et les plus à notre « portée d’influence » de surcroît.

Il vaut le coût de s’y investir.

Envie de créer un contenu ?

Attribuer ou enlever un point :

1 point
Vote +1 Vote -1

AUTONOMIA : le nouveau Wiki de l'autonomie !!

les ronds-points 2.0 toujours vivants !